La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

l'Hôtel de Brienne
l'Hôtel de Brienne - Jiel Baumadier - CC BY SA 3.0 - Wikicommons

L'Hôtel de Brienne

Diffusion du samedi 4 janvier 2020 Durée : 3min

Au 14, rue Saint Dominique dans le 7e arrondissement siège depuis 1776 le ministère de la guerre, désormais ministère de la défense.

C’est un hôtel particulier comme tant d’autres à Paris, pourtant chargé d’histoire. Le nom de cet hôtel : Brienne, grande famille noble de France. Adresse : 14, rue Saint Dominique dans le 7e arrondissement et siège depuis 1776 du ministère de la guerre, désormais ministère de la défense. 

Avant la locataire actuelle, la ministre de la défense, Florence Parly, l’hôtel de Brienne a connu du chic et beau monde, propriété jusqu’à Waterloo de la famille Bonaparte, de Letitia la maman de l’Empereur et de son frère Lucien, comme l’évoquait dans une de ses fameuses émissions historiques : André Castelot.

Puis ce fut au tour de Georges Clémenceau d’investir l’hôtel de Brienne à partir de 1917, le temps pour lui de gagner la guerre. Sacha Guitry, friand de mettre en scène la grande histoire avait rencontré le père la victoire. 

Napoléon, Clémenceau, il n’en manquait plus qu’un  pour parachever l’histoire de l’Hôtel de Brienne : ce  fut chose faite pour le général de Gaulle, à deux reprises, en tant que sous-secrétaire d’état à la guerre en 1940 et chef du gouvernement  provisoire en 44. 

Nombreuses figures politiques et militaires ont dirigé le ministère de la guerre à l’hôtel de Brienne : le Maréchal Davout, André Maginot, Daladier, Pétain, Chaban-Delmas, Chevènement, Juppé et Charles Hernu, qui lors de son passage a reconstitué à l’identique le bureau du Général de Gaulle.   

Dans ses mémoires de guerre, Charles De Gaulle décrira son retour à l’hôtel de Brienne après quatre d’absence : « Je  suis saisi par l’impression que rien n’a changé à l’intérieur de ces lieux  vénérables, mais au ministère de la guerre, l’aspect des choses demeure  immuable, Rien n’y manque excepté l’état. Il m’appartient de l’y  remettre ».