Replay du lundi 12 avril 2021

Le livre d'avril sur France Bleu Provence, avec Nicolas Delavergne de la librairie De Natura Rérum à Arles

Nicolas de Lavergne, libraire passionné et fondateur de De Natura Rerum la seule librairie spécialisée sur l’Antiquité dans la moitié sud de la France, vous livre sa sélection d'ouvrage du mois d'avril 2021, "Histoire incorrecte de Rome", au micro de Mélanie Masson sur France Bleu Provence !

De Natura Rerum
De Natura Rerum

De Natura Rerum, une librairie et cave à bières artisanales à Arles 

C'est rue du refuge à Arles que se trouve la seule librairie spécialisée sur l’Antiquité dans la moitié sud de la France, qui entend proposer un choix d’ouvrages éclairant la vie concrète des hommes, des femmes et des enfants dans l’Antiquité : croyances, techniques, agriculture, médecine, cuisine, arts, mythologies, histoire…

De Natura Rerum c'est aussi le seul endroit à Arles où trouver une sélection exigeante de bières artisanales de Provence et d’Occitanie. L’âge de la bière artisanale revient, des microbrasseries éclosent et des brasseurs passionnés explorent les recettes et les croisements de goûts. Une collection de bières de Marseille, Aix-en-Provence, Nîmes, Istres, Montpellier, du Lubéron… pour découvrir des saveurs pétillantes et profondes, revisitées par la nature et la culture provençale.

Nicolas de Lavergne, libraire passionné et fondateur de ce lieu, vous livre sa sélection d'ouvrage du mois au micro de Mélanie Masson sur France Bleu Provence ! 

Le livre du mois, "Histoire incorrecte de Rome", par Giusto Traina, édité par Les Belles Lettres

"Histoire incorrecte de Rome", par Giusto Traina, édité par Les Belles Lettres
"Histoire incorrecte de Rome", par Giusto Traina, édité par Les Belles Lettres

Rome et le monde romain comme on ne vous les a pas racontés, et comme les manuels ne peuvent pas les raconter. L’érudition et la familiarité s’associent en un récit passionnant et décapant !

Depuis Romulus jusqu’à la chute de l’empire, ce livre secoue nos certitudes et tend parfois un miroir à nos préoccupations contemporaines, parlant de fake news et de politique-spectacle, d’accès à la citoyenneté entre asile généralisé et fermeture, d’images paradoxales de l’Urbs, de génocides étalés avec complaisance à côté de quelques discours humanitaires, d’une hostilité prétendue au progrès scientifique, de représentations du limes construites en fait au XIXe siècle, d’une extraordinaire et bien réelle capacité à gérer de terribles défaites (parlera-t-on de résilience ?), de l’escamotage des langues de l’empire autres que le latin et le grec, du moins jusqu’aux prêcheurs chrétiens, de l’importance des prodiges et de la multiplicité des cultes locaux, ou encore des « invasions barbares » et du foisonnement des hypothèses sur la chute de l’empire…