Replay du lundi 31 août 2020

La rentrée des classes 2020 en questions

- Mis à jour le

Comment gérer cette rentrée si particulière ? Un chef d'établissement du 66 et une enseignante en primaire donnent quelques conseils pratiques.

Illustration : rentrée scolaire 2020
Illustration : rentrée scolaire 2020 © Getty - Yulia Naumenko

Ce mardi 1er septembre top départ de la rentrée scolaire 2020 dans les Pyrénées-Orientales comme partout en France métropolitaine. Une rentrée sous le signe de la COVID 19 avec mesures de protections et accompagnement pédagogique un peu particulier.

Nos invités : Fanny enseignante en primaire dans les Pyrénées-Orientales et Jean-François Arnaud principal du collège de Thuir.

Un état d’esprit spécial ?

Qui dit rentrée signifie forcément moment un peu critique de l’année scolaire,  on apprend à se connaitre entre élèves et enseignants, on va partager par la suite beaucoup de temps ensemble. Mais avec la crise du coronavirus, comment va le moral ?

Fanny, enseignante : 

Comme chaque année un peu inquiète, un peu angoissée, un peu affairée surtout, beaucoup de choses à faire, mais comme chaque année j’ai envie de dire, je crois que la rentrée, elle est tout aussi angoissante pour les enfants que pour les enseignants.

Jean-François Arnaud, principal : 

Il y a toujours une petite anxiété à la rentrée, parce que c’est un long temps de préparation, nous anticipons cette rentrée depuis le mois de juillet, depuis que nous avons connu le protocole. Serein aussi de notre côté puisque nous avons longuement travaillé pour que cette rentrée se passe au mieux, pour tous les élèves et pour tous les personnels. 

Le protocole sanitaire

Offrir une rentrée sécurisés aux élèves, aux enseignants et aux personnels des écoles, collèges et lycées des Pyrénées-Orientales c’est l’objectif mais ça se traduit de quelle façon ?

Jean-François Arnaud, principal : 

Le port du masque obligatoire pour tous et en tout temps dans le collège, il y a également le respect des gestes barrières, se laver les mains régulièrement et là nous avons dans l’établissement tout mis en place pour qu’il y ait du savon et du gel hydroalcoolique disponible à tout moment, pour tout le monde, quand on tousse, on tousse ou on éternue dans son coude et ensuite on se lave les mains au gel hydroalcoolique, et puis on respecte la distanciation physique. Ensuite il y a tout un aspect nettoyage et désinfection, nous sommes là-dessus très rigoureux, il y a également l’aération des locaux qui se fait plusieurs fois par jours.

Fanny, enseignante : 

Pour nous ça va être exactement pareil, mais nous il va falloir qu’on fasse surtout un gros travail de pédagogie auprès des enfants pour leur expliquer les gestes de bases, comment on se laver les mains, comment on tousse, comment on ne s’approche pas trop les uns des autres mais surtout pourquoi. Je crois que nous on arrive quand même bien avant le collège, les enfants sont petits, on en accueille qui ont tout juste 6 ans, même à 10/11 ans on a encore besoin de comprendre. Donc je pense qu’à partir du moment où les enfants y mettrons du sens, où ils comprendront pourquoi ils font ça, tout se passera très bien. Mais on a effectivement nous un gros travail en plus d’accompagnement pédagogique, d’explication.

Comment retrouver la classe

Retour en mai, en juin ou pas du tout pour certains élèves. Là il faut revenir dans les établissements mais comment faire après tant de temps à la maison ?

Fanny, enseignante : 

Le plus difficile pour les enfants ça va être surtout de retrouver le lien avec les autres, pour la plupart ils sont restés soit chez eux, soit dans un cercle familial un peu restreint ces derniers mois donc il va falloir réapprendre à vivre ensemble et ça je crois que c’est aussi notre boulot à nous les enseignants de leur expliquer, de leur montrer les règles et surtout il ne faut pas qu’ils reviennent avec une peur quelconque, nous on est là à l’école pour les protéger, puis ils viennent surtout pour apprendre donc il faut à mon avis dédramatiser tout ça et se dire voilà on retourne à l’école,  c’est comme si les vacances entre guillemets avaient été un peu longues, maintenant on reprend le fil, on reprend une vie presque normale.

Jean-François Arnaud, principal : 

Il faut retrouver un cadre scolaire, le vivre ensemble, les apprentissages, le face à face professeur – élève,  c’est structurant, c’est important, c’est rassurant, ça permet d’avancer. Il faut aussi de notre côté se dire que tout ce qui a été prévu et mis en place dans les établissements scolaires, c’est un milieu hautement sécurisé. On va consacrer ce temps de rentrer à évaluer les besoins des élèves, voir un petit peu où ils se trouvent dans chaque discipline, sur le plan des savoirs et des savoirs faires, nous allons mettre en place de l’aide en français, en mathématiques, de l’aide aux devoirs qui va être proposée aux élèves. Nous allons reprendre avec eux ce contexte de la COVID 19, ses conséquences, nous allons libérer la parole, nous allons rassurer, nous allons être très attentifs au moindre signe de déstabilisation ou de mal être que l’on pourra observer chez les élèves de façon à pouvoir les accompagner. Il faut vraiment que les enfants reviennent au collège, c’est essentiel pour eux et ils vont se retrouver dans un milieu extrêmement sécurisé.

Fanny, enseignante :  

Faites-nous confiance, on va bien s’occuper de vos enfants, je croise beaucoup de parents inquiets qui me disent oui mais les six derniers mois il n’a pas suivi le programme, il ne va pas s’en sortir, on est là, on va prendre en compte la situation donc vraiment pas d’inquiétudes .