Replay du vendredi 26 mars 2021

L'info au lycée à Perpignan et sur France Bleu Roussillon

- Mis à jour le

Construire un journal dans un lycée de Perpignan et à la radio sur France Bleu Roussillon, deux façons de traiter l’information que nous découvrons dans le cadre de la semaine de la presse et des médias dans l’école.

Studio France Bleu Roussillon
Studio France Bleu Roussillon © Radio France - Sébastien Giraud

Avec nous Christelle Champy enseignante documentaliste au Lycée Arago à Perpignan.

Simon Colboc lui est journaliste à la rédaction de France Bleu Roussillon, il nous emmène dans les coulisse d’une matinale.

Un journal au lycée

Le Lycée Arago est l’un des plus emblématiques de la Capitale du Roussillon. Ici les lycéens sont à la fois accompagnés mais surtout très autonomes dans la construction de leur propre journal d’information.

Le journal s'appelle Journal Arago il est plutôt trimestriel, alors évidemment avec les conditions actuelles c’est un peu compliqué de se retrouver, d’échanger de visu ensemble. Ils sont à leur troisième parution sur des thématiques liées à l’actualité et aux contenus qui les intéressent. Il y a un comité de rédaction qui permet de les guider, de les accompagner sur la finalisation, sur le contenu, sur le droit à l’image. C’est plutôt des sujets d’actualité, de géopolitique, souvent liés à ce qu’ils étudient aussi en spécialité, ce sont des élèves qui sont en spécialité science politique, histoire géographie.

Ce journal évoque aussi la vie du lycée à travers les rapports entre élèves et les sensibilisations contre les violences notamment. Un bon exercice pour devenir journaliste à l’échelle de son lycée.

Ils créent de l’information, ils rédigent des articles de presse, ils les illustrent, tout en respectant les droits d’auteurs.

Des journaux à la radio

La matinale est traditionnellement la tranche la plus écoutée à la radio. A France Bleu Roussillon c’est Simon Colboc qui présente les infos du 6h-9h toute la semaine. Il arrive tôt, très tôt et ensuite ça se passe comment ?

Je présente les informations, c'est à dire que je lance les reportages un peu à l'image de la télé. Mais derrière, il y a toute une équipe, évidemment. D'abord, il y a effectivement un animateur, y a des techniciens aussi qui sont là pour lancer des reportages. On est vraiment pas tout seul à l'antenne. Et puis moi, j'ai tous mes collègues à la rédaction, qui sont là, qui ont fait des reportages, la veille, c'est à dire quand ils vont en reportage, ils vont en Cerdagne, sur la Côte Vermeille, ils vont à Perpignan, ils ramènent des informations. Et après ces informations, on les développe sous forme de reportages, sous forme d'interviews. Et derrière, on les intègre dans des journaux. Donc, après, c'est toute la question de qu'est-ce qu'on met en avant comme reportage plutôt qu'un autre choix dans la hiérarchie d'un journal ? Comme un journal de presse écrite, il faut qu'il y ait une information qui fasse un peu la une. Pourquoi celle-ci plutôt qu'une autre ? On va choisir en fonction des informations qui vont intéresser nos auditeurs, en fonction aussi de la fraîcheur de l'information, et aussi en fonction des informations qu'on peut être parfois les seuls à avoir, un scoop. Ce n'est pas tous les jours, mais quand on en a, on est content et on le met en valeur. Aussi parce que c'est une information que les auditeurs ne trouveront que chez nous. Donc, voilà les critères. Après, effectivement, on écrit les journaux, il y a des invités et à nous de répartir les différents reportages tout au long de la matinale pour qu'on ait une impression d'antenne un peu sympa, agréable, fluide et pas trop répétitive. Et oui, des fois, je vois mon métier, un peu comme celui d'un chef d'orchestre, c'est à dire que j'ai mes collègues qui m'ont laissé tout un tas d’informations, et c'est à moi de mettre en ondes tout ça pour que ce soit à la fois informatif, fluide, à l'antenne. Et puis, on est le matin, il faut quand même essayer de donner un peu de sourire aux gens. Ce n'est pas toujours facile. Depuis un an, mais le but du jeu, c'est quand même dès fois, quand on a des infos positives, on ne se gêne pas pour les mettre en avant.

Ecoutez le podcast pour savoir comment se gère une info urgente et pour connaitre l’aspect numérique, réseaux sociaux de la radio.