Replay du vendredi 27 novembre 2020

Questions sur la crise à Hugues Aumaître chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Perpignan

- Mis à jour le

Crainte d’une troisième vague, vaccin, espoirs et tendance à l’hôpital de Perpignan en cette fin novembre 2020.

Illustration : masque
Illustration : masque © Getty - Nora Carol Photography

Le point sur la crise sanitaire du coronavirus, covid19, avec le docteur Hugues Aumaître, le chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Perpignan.

On commence par un point sur la tendance en cette fin novembre 2020 à l’hôpital de Perpignan. Il y a du mieux mais rien n’est encore gagné en résumé. Notre invité insiste sur la nécessité de continuer les efforts de protection chacune, chacun, notamment le port du masque.

Et puis nous abordons le sujet du vaccin ou plutôt les vaccins. C’est un geste barrière de taille nous confie le docteur Hugues Aumaître.

Peut-on espérer une fin complète de cette épidémie en 2021 ? Nous avons posé la question à notre spécialise qui a évoqué la possibilité sérieuse d’une troisième vague. 

Le point sur l’épidémie à Perpignan le 27 novembre 2020 au matin

Hugues Aumaître

Les efforts du confinement faits par l’ensemble de la population des P.O ont permis qu’on assiste à une diminution de l’épidémie, donc ce qui est décrit à l’échelle nationale quand le Ministre de la Santé dit le pic a été atteint, c’est effectivement une réalité dans les Pyrénées-Orientales, où on a vu le nombre de contaminations diminuer et de fait, le nombre de consultations diminuer de façon importante en ville, également dans les centres de consultations. Et secondairement on a vu commencer à diminuer le nombre de patients hospitalisés. Alors ça reste une situation, notamment dans les services de réanimations ou il y a beaucoup de travail, où les équipes commencent à être bien fatiguées, mais on voit une diminution. Je pense qu’il faut absolument construire sur ce travail fait ensemble avec la population, de bonne prévention, de mise en place des mesures barrières, pour faire en sorte qu’on ait le temps de vacciner une grande partie des gens avant qu’arrive une troisième vague. On a dû confiner pour faire diminuer cette deuxième vague donc soyons vigilants, soyons très attentifs sur le port du masque, ne recommençons pas les erreurs de cet été pour ne pas se retrouver trop tôt dans une troisième vague. 

Aujourd’hui, peut-on imaginer vaincre complétement le virus en 2021 ?

Hugues Aumaître

La réponse est non, on n’aura pas une extinction complète du virus en 2021, on va avoir comme on la eu, à partir du mois de mai, juin, une circulation virale beaucoup moins intense, donc si on maintient nos activités avec une limitation des contacts, et surtout le port du masque, on est en pleine épidémie hivernale, on doit porter un masque. Si on respecte ça, si on ne se retrouve pas tous sur les plages sans masques et à faire la fête, on a des chances de limiter cette circulation virale et donc de ne pas voir arriver trop vite une troisième vague. Le moment d’arrivée de la troisième vague ne sera que reflet de la qualité du boulot qu’on aura fait cet hiver pour éviter qu’elle n’arrive.

La vaccination

Hugues Aumaître

On a évoqué les mesures barrières et l’impact des mesures barrières sur la diminution de la transmission. Et dans toutes ces mesures barrières il y a un degré d’efficacité sur la diffusion du virus. Le vaccin c’est la mesure barrière la plus efficace dans la dissémination du virus. Et donc le vaccin va avoir pour objectif de limiter de façon très très importante, la diffusion du virus. Le deuxième objectif du vaccin c’est de diminuer les symptômes. Il y aura peut-être quelques personnes qui auront des symptômes et donc d’en diminuer de façon très importante les symptômes en cas de covid. C’est un vaccin qui va éviter, dans la majeure partie qu’il y ait des cas contaminés et de toute façon diminuera les symptômes. Il y a deux conditions pour qu’un vaccin marche, c’est que un il soit efficace et la deuxième condition et c’est là qu’on compte sur les gens, c’est ce qu’on appelle la couverture vaccinale donc le nombre de personnes vaccinées.

Le numéro d’information : 0800 130 000.