Replay du jeudi 22 avril 2021

La bise, c'est fini ?

- Mis à jour le

Un an de crise sanitaire a mis à mal des habitudes culturelles bien ancrées dans nos vies. Comme la bise. Bise entre membres de la famille, avec les amis, mais aussi avec les collègues.

La bise va-t-elle survivre à la crise sanitaire ?
La bise va-t-elle survivre à la crise sanitaire ? © Getty - Bloom Productions

Quelque soit la manière de se saluer, ce qui compte pour Karine Boutin, psychanalyste, c'est l'intention du geste.

La Covid et la bise

La bise est un code social pour se dire bonjour et se quitter. Avec la crise sanitaire, nous sommes privés de bises et de poignées de main. La bise, vecteur de virus (rhumes, angines, grippes, gastro), a montré que corps de l'autre pouvait être une menace.

La bise va peut-être disparaître, lorsqu'elle est subie, la poignée de main est beaucoup plus ancrée culturellement. La bise a une histoire. A Rome, on se prenait l'avant-bras, pour vérifier que l'autre ne portait pas d'arme.

Rituels de salutation

En France, on se salue en se touchant. En fonction des régions, on se fait une, deux, trois ou quatre bises. Plus on se rapproche de la Méditerranée, plus on est tactile. La bise est assez intime, elle créé une proximité physique avec l'autre.

Faire la bise est un acte rituel qui signe l'appartenance au groupe. Mais il y a d'autres façons de se saluer, les jeunes pratiquent le "check" avec les coudes, voire le “footshake” avec les pieds. 

Mais quand on regarde les choses il y a bises et bises. Certaines bises n'ont pas d'intention, d'autres sont tendres et sincères, tout dépend de la relation à celui ou celle que l'on salue.

La sphère intime

Pour Karine Boutin, la crise sanitaire nous a privé d'un contact humain précieux : une bise, une main réconfortante sur une épaule. Les parents, les grands-parents ont été privé de ce contact physique. Etre touché, c'est vital, c'est se sentir exister. 

La pandémie nous a amputé de notre part kinesthésique. Nous sommes privés du toucher et de l'odorat. Le langage non verbal est aussi biaisé avec le port du masque. 

La bise au travail

La bise avec ses collègues de travail, c'est un code, une habitude. Mais c'est une habitude qui peut être gênante. C'est particulier de laisser entrer un corps étranger dans la sphère intime, surtout quand le consentement n'est pas questionné. 

Il faut savoir dire non et le cultiver. Chacun va assumer sa propre liberté : de faire la bise ou de ne pas la faire.

Il y aura sûrement une évolution des codes de l'entreprise.