Replay du jeudi 21 janvier 2021

Le câlin, un trésor pour l'enfant

- Mis à jour le

Si le virus prive beaucoup d'adultes de câlins, les familles continuent d'avoir des contacts physique de tendresse. A l'occasion de la journée internationale des câlins, nous nous interrogeons sur les effets du câlin dans le développement de l'enfant.

Le câlin est vital pour le développement de l'enfant.
Le câlin est vital pour le développement de l'enfant. © Getty - Catherine Delahaye

Pour la psychologue Louise Atani Torasso, le câlin est vital pour l'enfant. Elle nous rappelle tout ce qui se joue dans ce moment de complicité entre les parents et l'enfant.   

Un contact physique incomparable

Le câlin est une acquisition fondamentale de l'humain. Cette communication non verbale s'imprime dans la mémoire du corps. C'est essentiel pour l'enfant qui prend conscience de son corps, car l'enfant apprend par ses cinq sens. Faire un câlin a un enfant, c'est reconnaître que son corps n'est pas un objet.

Le câlin donne le goût de vivre.

L'enfant se sent vulnérable, petit, fragile. Le câlin l'élève au statut d'être humain digne.

Le moment du lâcher prise

Les enfants ont souvent besoin d'un câlin avant d'aller dormir. Leur cerveau est sans cesse sollicité dans la journée, l'enfant a besoin d'apaisement. Le câlin est ce moment d'apaisement pour lui. 

Le câlin est une émotion. Les enfants lisent nos émotions. Louise Atani Torassi donne l'exemple de cette maman que son enfant met dans une grande colère. L'enfant le sent et va vers sa mère pour lui réclamer un câlin. La mère raconte avoir senti sa colère redescendre d'un coup et d'avoir accepté le câlin de son enfant. Le câlin a aussi une vertu de réconciliation.

Comment le câlin aide-t-il l'enfant à se développer ?

L'enfant a des besoins fondamentaux : besoin de protection, besoin de sécurité, besoin d'équilibre relationnel. Le câlin remplit ces trois fonctions. Un bébé va recevoir les câlins des adultes ou de ses frères et sœurs, mais en grandissant, c'est lui qui va donner le rythme des câlins.

Mais attention, il y a des mauvais câlins : des câlins pour obtenir quelque chose de l'enfant, des câlins d'emprise. Un enfant peut refuser les câlins. Trop de câlins étouffe. 

Quand l'enfant ne veut plus de câlins ?

Quand les enfants réclament moins de câlins, c'est qu'ils vont chercher d'autres relations affectives. C'est le cas particulièrement pour les pré-adolescents. Un adolescent est en quête d'autonomie, cela passe par une distance physique avec ses parents.

Mots clés: