Replay du mardi 1 décembre 2020

Sida : comment vivre avec le VIH ?

- Mis à jour le

Depuis1988, le 1er décembre est la journée mondiale de lutte contre le Sida. La vie des séropositifs a été nettement amélioré par l'arrivée de la trithérapie et de la Prep.

Le 1er décembre est la journée internationale consacrée à la sensibilisation de la pandémie du sida.
Le 1er décembre est la journée internationale consacrée à la sensibilisation de la pandémie du sida. © Getty - Siam Pukkato / EyeEm

L'association Aides a beaucoup fait pour lutter contre le VIH et pour informer, prévenir et soutenir les malades depuis 1984. Depuis 1990, elle est reconnue d'utilité publique. Angelo De Jesus Lucas est le Président territorial AIDES Limousin Poitou-Charentes, il fait le point sur le VIH aujourd'hui.

Etre séropositif aujourd'hui

Il reste toujours très difficile d'annoncer à ses proches sa séropositivité. Pourtant, les progrès de la médecine font que les séropositifs qui suivent leur traitement ont une charge virale où ils ne contaminent plus leur partenaire.

La trithérapie contre le VIH

Depuis 1996, la trithérapie qui empêche la multiplication du virus dans le corps a révolutionné la vie des malades. Avant cette date, on parlait des années de cendres, tellement les décès étaient nombreux. Au début, ce traitement était très contraignant avec la prise quotidienne de 25 comprimés par jour. Aujourd'hui, nous en sommes à un comprimé par jour. Mais il est essentiel de bien suivre le traitement au quotidien.

Vivre avec le Sida

Aujourd'hui, il est possible, en prenant la trithérapie, d'avoir une vie normale en étant porteur du VIH. Il est possible d'avoir une vie sexuelle sans transmettre la maladie et de faire des enfants.

N'oublions pas la prévention

Le premier outil de lutte contre la propagation du VIH est le préservatif. Il permet aussi de lutter contre les IST (Infections Sexuellement Transmissibles).

La Prep s’adresse aux personnes qui n’ont pas le VIH et consiste à prendre un médicament afin d’éviter de se faire contaminer.  Ce traitement s'adresse aux personnes qui sont à haut risque de contracter le VIH.

Pendant le confinement, il y a moins de rapports sexuels, c'est donc le moment de se faire dépister, auprès de l'association AIDES par exemple.

Le vaccin contre le VIH n'existe toujours pas.

Mots clés: