Replay du mercredi 14 avril 2021

Résurrection, des crackers malins, gourmands et Girondins !

- Mis à jour le

Vous craquerez bien pour un crackers Résurrection ? Pionnier de l’up-cycling alimentaire depuis 2018, la marque de snacking propose des biscuits gourmands en revalorisant des produits d’ordinaire mis au rebut issus de la fabrication de la bière, de cidre ou de tofu.

Bientôt sur votre table d'apéro ou de brunch : les crackers Résurrection !
Bientôt sur votre table d'apéro ou de brunch : les crackers Résurrection ! © Getty - Tabitha Roth

Résurrection, c’est une nouvelle vie gourmande pour nos papilles mais surtout une seconde vie pour les drêches (résidus issus des céréales d’orge malté utilisées pour fabriquer la bière), le marc de pomme (issu de la fabrication de cidre) et l’okara de soja (ou pulpe de soja, issu de la fabrication du tofu, entre autres).

La gourmandise avant tout

C’est en 2016 que l’idée vient à Marie Kerouedan, l’une des fondatrices de l’entreprise. Lors d’un stage dans une brasserie artisanale, elle est charmée par l'odeur de caramel et de tartine grillée diffusée par l’orge dans la brasserie et se met au défi de retrouver cette ambiance gourmande dans des biscuits en récupérant les drêches délicieusement parfumés. Les premiers prototypes des crackers Résurrection voient le jour !

Marie Kerouedan, l'une des (gourmandes) créatrices de la marque Résurrection
Marie Kerouedan, l'une des (gourmandes) créatrices de la marque Résurrection © Radio France - Marie Ottoz

Avec Nathalie Golliet, son associée, elles officialisent le projet en 2018 à Bordeaux, au sein de la pépinière d’entreprises de l’espace Darwin, et deviennent officiellement les pionnières de l’up-cycling alimentaire, pour de l’alimentation humaine, en France et en Europe. A partir de là le champ des possibles est vaste et elles travaillent d’arrache-pied avec leur équipe pour développer une gamme de produits différents et savoureux.

Pour Marie Kerouedan, Résurrection accompagne les moments conviviaux. Au terme de « déchet » on préférera celui de « coproduit » issu de l’industrie agroalimentaire, moins péjoratif, qui souligne davantage les convictions de la marque, leurs ambitions de créations et développements culinaires, ainsi que leur engagement écologique fort.

Les produits

Pour le moment Résurrection propose surtout diverses recettes de crackers, mais bientôt la marque proposera aussi des tortillas et un guacamole sans avocats ! Oui, c’est possible, grâce à l’okara de soja justement, issu de production de soja du Sud-Ouest.

La magie de Résurrection c’est de récupérer 3 kg de drêches, par exemple, et de pouvoir les transformer en 9 kg de biscuits, grâce à l’ajout d’autres très bons ingrédients comme des farines nobles, de l’huile d’olive, des épices, des graines… Depuis le début de l'année 2021, l’entreprise a récupéré environ une tonne de coproduits qui ont été ensuite transformés en trois tonnes de biscuits. 

Les projets

Pour le moment la ligne de production se trouve dans une usine partenaire en Dordogne, mais d’ici la fin de l’année un nouveau site verra le jour dans la métropole bordelaise. C’est un projet de belle envergure qui permettra la création de 5 à 6 emplois cette année et qui espère pour 2023 proposer 15 à 20 postes supplémentaires. De plus, pour valoriser le zéro-déchet, notamment au sein de l’industrie agroalimentaire, et s’y attaquer sérieusement, l’entreprise pèse chaque mois ses déchets plastiques et cherche constamment des solutions pour que ce poids soit, chaque mois, le plus faible possible. 

Les points de vente

Facebook

Instagram