Toutes les émissions

La vie en Bleu - Le Dossier

Du lundi au vendredi à 9h00.

Les molécules de synthèse ou naturelles que l’on croise partout autour de nous ont souvent des actions sur notre système hormonal.
Les molécules de synthèse ou naturelles que l’on croise partout autour de nous ont souvent des actions sur notre système hormonal. © Getty - Danil Rudenko - EyeEm

Les perturbateurs endocriniens

Diffusion du lundi 9 octobre 2017 Durée : 46min

avec François Veillerette, directeur et porte-parole de Générations Futures, et Julien Dézécot, journaliste au magazine Sans Transition

Les perturbateurs endocriniens sont une préoccupation sanitaire majeure. Ou, s’ils ne le sont pas, ils devraient l’être.

C’est ce qu’on se dit lorsqu’on consulte articles, dossiers, études publiés depuis quelques années.

Les molécules de synthèse ou naturelles que l’on croise partout autour de nous ont souvent des actions sur notre système hormonal. Même à très faible dose elles peuvent augmenter les risques de développement de certaines maladies. Et leur action peut avoir des conséquences sur plusieurs générations.

Et des perturbateurs de cet ordre on en trouve donc partout, dans tous les produits du quotidien : les pesticides, les emballages alimentaires, les plastiques, les tickets thermiques des caisses enregistreuses, les dentifrices, les produits de beauté, les pesticides, les matières imperméabilisantes, les tissus, les vêtements… La liste est très longue.

La règlementation évolue très lentement dans ce domaine, et les citoyens restent très exposés.

Alors doit-on réellement s’inquiéter de cette situation ?

Comment tenter de se protéger de ces perturbateurs ?

François Veillerette est porte-parole de Génération Futures. Jeudi il sera l’invité du magazine Sans Transition et interviendra dans le cadre d’une conférence proposée au Campus Tohannic à l’UBS de Vannes.

Vous allez pouvoir échanger avec lui dans l’émission La vie en Bleu. Nous attendons vos appels au 02 99 67 35 35. Vos réactions sont aussi les bienvenues sur francebleu.fr et sur les réseaux sociaux.