Replay du lundi 31 mai 2021

Difool, animateur et directeur artistique de Skyrock

- Mis à jour le

A l’occasion de la semaine de la radio, le 5 sur 5 met en lumière un animateur qui reste dans l’ombre. Il fait très peu d’interview et déteste parler de lui donc c’est assez exceptionnel de l’avoir !

Difool, animateur et directeur artistique de Skyrock
Difool, animateur et directeur artistique de Skyrock © Radio France - Déborah Grunwald

La Fête de la radio célèbre, cette semaine, les 100 ans de la radio et les 40 ans de la FM. Un événement auquel France Bleu participe largement.  

A cette occasion, Déborah Grunwald reçoit Difool, animateur sur Skyrock, qui habituellement refuse de se mettre en avant et préfère rester dans l’ombre. 

Une invitation qu’il a acceptée en souvenir d’une époque où ils ont travaillé ensemble sur Skyrock ! 

Il ne sait pas trop pourquoi mais faire de la radio était un rêve d’enfant. Sa première émission, il l’a animée à seulement 12 ans

La radio m’a accompagné chez mes grands-parents quand j’étais petit

Après plusieurs années sur des radios locales stéphanoises, Difool débarque à Fun Radio. C’est là qu’il prend ce nom de personnage de BD suite à une décision marketing de la radio. 

Il y anime alors l’émission culte de libre antenne “Lovin’Fun” avec le Doc. Ensemble, ils ont appris chacun l’un de l’autre. S'il a transmis sa passion de la radio au Doc, ce dernier lui a “beaucoup apporté sur la manière de gérer les gens qui sont en difficulté”. 

La radio c’est quelque chose où on met beaucoup de soi

40 ans après, il est toujours là. Il anime le Morning et le 21h-minuit sur Skyrock. Il est également directeur artistique de la station. Si à l’époque le CSA lui tombait régulièrement dessus, Difool se sent beaucoup plus libre désormais. Il ne s’interdit rien mais évite d’aller vers les sujets sur lesquels il ne peut pas agir, comme les conflits entre pays par exemple. 

Difool n’écoute pas ses concurrents directs pour ne pas se faire influencer dans le fait de prendre telle ou telle direction. Il se dit auditeur avant d’être animateur et fait donc “la radio qu’il aimerait écouter”. 

Est-ce aussi pour cela qu’il n’aime pas trop répondre aux interviews ? Difool ne souhaite pas être omniprésent, donner son avis sur tout. Il a 6h d’antenne par jour, de “quoi satisfaire son égo”. 

Mais le fait de vouloir rester discret ne l’a pas empêché d’avoir des ennuis et notamment des menaces de mort. A l’époque le vigil de la radio devait l’accompagner jusqu’à sa voiture.  

Des extrémistes avaient également débarqué dans le studio en direct. Une situation que Difool a su gérer de façon incroyable en trouvant une solution en direct pour ne pas qu’ils puissent exprimer leurs idées à l’antenne. 

Être passionné, c’est une maladie

Pour vivre sa passion, Difool a mis de côté beaucoup de choses. Il n'a pas d'enfant et  a très peu voyagé " surtout pas à plus de 2 heures de Paris". 

Grâce à cet investissement et à son travail, Difool fait partie de ces animateurs très respectés dans le milieu.  

A l’heure où certains s’inquiètent de l’avenir de la radio, Difool est plutôt optimiste

Effectivement le média a perdu 2 millions d’auditeurs. L’une des raisons évoquées est la crise sanitaire. Pour lui, “une fois sortis du tunnel, les gens vont reprendre leurs habitudes”. Evidemment, il faut que les radios proposent des émissions concertantes “avec de l’humain à l’intérieur”. 

Une radio est importante quand elle est unique et qu’elle apporte quelque chose qui n’existe pas 

Comment tout a commencé ?

Libre antenne et liberté de parole

Difool, un animateur discret

Difool, un animateur passionné

La radio d’aujourd’hui et de demain

Retrouvez l'intégralité de l'interview en vidéo

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Mots clés: