Replay du vendredi 22 janvier 2021

"Il y aura un avant et un après à l'école Jean-Moulin" : Karine Pust, présidente FCPE au conseil d'école

- Mis à jour le

Les cours reprennent ce vendredi à l'école Jean-Moulin située dans le quartier du Chemin-Bas à Nîmes. Depuis l'agression du directeur par un parent d'élève le 15 janvier, les enseignants exerçaient leur droit de retrait. Une démarche approuvée par Karine Dust, présidente FCPE du conseil d'école.

Devant l'école Jean-Moulin à Nîmes
Devant l'école Jean-Moulin à Nîmes © Radio France - Grégory Jullian

"Il y aura un avant et un après" estime Karine Dust, la présidente FCPE du conseil d'école de Jean-Moulin à Nîmes. Depuis lundi, les enseignants exerçaient leur droit de retrait suite à l'agression du directeur, menacé de mort par un parent d'élève le 15 janvier. Une démarche qu'elle soutient. "On devait apporter notre soutien à l'équipe éducative. On ne sait pas si elle sera au complet aujourd'hui. En tout cas, nos enfants vont pouvoir retourner à l'école." Karine Dust déplore que les enseignants n'aient pas bénéficié de davantage de soutien de leur hiérarchie suite à cette agression. Quelle sera désormais l'ambiance au sein de l'établissement ? C'est la question que se pose la représentante des parents. "On avait une école sympa qui ressemblait à une petite école de village. Aujourd'hui, c'est l'inconnu, tout a éclaté." 

"Tout ces échanges, toute cette liberté avec l'équipe éducative, je ne suis pas sûre de pouvoir la conserver. C'est nuisible à la scolarité des enfants.

"J'attends la justice " 

Le procès du parent qui a agressé le directeur aura lieu le 2 février. Karine Dust en attend beaucoup : "J'attends que l'on montre qu'il est impensable d'agresser un membre d'une école, que ce soit un professeur ou un directeur. On ne peut pas arriver à des extrémités pareilles. Nous, on arrivait à vivre d'une façon sereine dans cette école malgré le contexte difficile dans ce quartier. Aujourd'hui, je ne suis pas convaincue qu'on y arrive encore. Ça ne peut pas être comme avant. Il faut que les enseignants et les parents soient entendus et protégés." 

Mots clés: