Replay du mercredi 12 mai 2021

Double meurtre aux Plantiers : " Le tireur connaît très bien le terrain " selon la gendarmerie

- Mis à jour le

Johanna Di Pietro, chef d'escadron de gendarmerie. chef du cabinet-communication de la gendarmerie d'Occitanie invitée du 7H50 de France Bleu Gard Lozère.

La gendarmerie mobilisée aux Plantiers dans les Cévennes
La gendarmerie mobilisée aux Plantiers dans les Cévennes © Maxppp - Alexis Béthune

Où en sont les recherches ?

Les recherches continuent et n'ont d’ailleurs pas été arrêtées. Elles ont été poursuivies toute la nuit. Nous avons toujours trois-cent gendarmes qui sont mobilisés sur le terrain pour essayer de retrouver le mis en cause. 

La difficulté, c’est que cette personne connaît très bien le terrain et en plus, c'est surtout un terrain qui est extrêmement boisé et très sinueux. Et donc, nous avons des équipes, des gendarmes qui sont au sol et aussi des moyens aériens qui sont engagés sur le dispositif.

Actuellement, nous avons des cartographes de la gendarmerie de Montpellier qui sont projetables sur toute la région zonale du sud de la France, qui sont justement en train de travailler à la cartographie du terrain. 

Sept hélicoptères sont engagés et quelques drones aussi sur le terrain pour justement la cartographie et pour essayer de retrouver la personne en toute sécurité. 

Nous avons un chien Saint-Hubert, qui va être mobilisé aujourd'hui, et nous avons également aussi plusieurs équipes cynophiles qui sont sur le terrain depuis hier pour essayer de retrouver la piste de l'auteur présumé. 

Le GIGN était sur place. Je suppose qu'il va le rester aujourd'hui. En quoi est-il utile ? 

Il est utile car il est spécialiste de l’intervention spécialisée et le niveau d'intervention le plus élevé au sein de la gendarmerie et projetable sur toute la France, donc il est venu de Versailles Satory pour venir nous aider à interpeller l'auteur en toute sécurité. 

Est ce qu'il est imaginable que cet homme ait pu tout de même quitter ce secteur, quitter la région ? 

Aucune hypothèse n’est exclue. Nous travaillons sur un secteur de recherche concentré sur le terrain, mais nous n’excluons aucune autre hypothèse donc nous travaillons aussi sur d’autres hypothèses et d’autres secteurs. 

Il s’agit aussi d’assurer la sécurisation des habitants de ce village des Plantiers, qui sont bien sûr sous le choc. Comment faites-vous ?

De ce côté-là, aujourd'hui, le confinement continue, tant que nous cherchons sur ce cercle de terrain particulier où nous mettons nos efforts vraiment concentrés sur le terrain, et donc de ce fait là, sur la commune des Plantiers nous continuons à inciter la population à rester calfeutrée à domicile, justement pour éviter qu’il y ait de blessés.

Cet individu, effectivement, est armé et potentiellement dangereux. C'est pour ça que nous avons déployé d'énormes moyens spécialisés d'intervention professionnelle. Donc, effectivement, lors des premiers faits, les primo intervenants du Groupement du Gard sont intervenus pour assurer la sécurité. Après, le schéma d'intervention national a pu prendre le relais et nous avons eu des équipes de différents niveaux d'intervention qui ont pu arriver sur le terrain, pour arriver jusqu’au GIGN.

Un conseil à fournir à ceux qui nous écoutent et qui sont dans ce secteur actuellement ?

De rester chez eux, d'écouter les médias pour savoir justement ce qu'on peut dire, pour les rassurer et aussi pour les inviter à se protéger. Et aussi suivre les différents réseaux sociaux du ministère de l'Intérieur, de la gendarmerie, et de la préfecture pour connaitre les différentes informations qui circuleront au fur et à mesure.

Mots clés: