Replay du vendredi 18 décembre 2020

"Les hôpitaux ne sont pas prêts à affronter une 3e vague". Marie-Josée Falevitch du Collectif santé en danger

- Mis à jour le

Marie-Josée Falevtich est sage-femme et sophrologue à Marguerittes et représentante régionale du Collectif Santé en danger. Selon elle, les hôpitaux ne sont pas prêts à faire face à une 3e vague de l'épidémie de Covid.

Dans un service de réanimation Covid
Dans un service de réanimation Covid © Radio France - Marie-Audrey Lavaud

Les soignants étaient applaudis tous les soirs à 20h pendant le premier confinement. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Ils sont pourtant toujours en première ligne pour accueillir les patients atteints du Covid. Avec le Ségur de la santé, ils espéraient davantage de moyens . Le compte n'y est pas pour Marie-Josée Falevitch, représentante régionale du Collectif Santé en danger. "Les soignants s'en vont. Sans lits et sans soignants, comment être soignés correctement ? s'interroge-t-elle. Il y a beaucoup de professionnels qui se portent volontaires pour aller travailler à l'hôpital mais qui ne sont pas embauchés. Il y a toujours une politique d'économie, y compris actuellement." 

"Des malades qui patientent sur des brancards pendant des heures au CHU de Nîmes" 

Dans ces conditions, c'est toujours compliqué de prendre en charge les patients notamment au CHU de Nîmes. Les réanimations sont en baisse mais elles restent stables en hospitalisation. "Du coup, il manque aujourd'hui des places d'hospitalisation pour tous les patients qui arrivent pour d'autres pathologies. Tous les jours, il y a entre 10 et 20 patients qui restent sur un brancard toute la nuit en attendant une chambre aux urgences au CHU de Nîmes".