Toutes les émissions

Le café des artistes : toute l'actualité des spectacles

Du lundi au vendredi à 18h

Charles Aznavour sur scène, en septembre 2015
Charles Aznavour sur scène, en septembre 2015 © AFP - Eric Feferberg

Hommage à Charles Aznavour

Diffusion du lundi 1 octobre 2018 Durée : 50min

Le café des Artistes rend hommage à Charles Aznavour en compagnie d'isérois qui l'ont rencontré : le restaurateur Alain Girod, le producteur de spectacles Rémi Perrier et le chanteur Pierre Donoré.

"La bohème", "Je m'voyais déjà", "La Mamma", "Comme ils disent"... Du haut de son mètre soixante-cinq, Charles Aznavour, mort dans la nuit de dimanche à lundi à 94 ans, était le dernier "grand" de la chanson française, dont il a été l'ambassadeur à travers le monde.  

"J'ai fait une carrière inespérée mais exemplaire",  m'avait confié le "Sinatra français" le 31 mars 2001 au summum de Grenoble .   "Tout est une question de chance" avait-t-il ajouté.   De chance mais aussi de talent et de volonté, puisqu'il a dû lutter à ses débuts pour imposer sa taille, son physique et sa voix atypiques, avant d'arriver tout en haut de l'affiche.   "Côté critiques, j'ai été servi : on a dit que j'étais laid, petit, qu'il ne fallait pas laisser chanter les infirmes", racontait celui que la critique anglo-saxonne avait surnommé à ses débuts "Aznovoice" (jeu de mots signifiant: il n'a pas de voix).

En France, un célèbre journaliste l'avait surnommé l'enroué vers l'Or, considérant qu'il ne ferait jamais carrière, démontrant ses talents de visionnaire.

Aznavour et le cinéma

S'il fallait garder un film sur la soixantaine où il figure, ce serait "Tirez sur le pianiste" de François Truffaut, mais Charles Aznavour a aussi tiré son épingle du jeu chez Claude Chabrol, Claude Lelouch ou Atom Egoyan.  La fin d'année 1960 est décisive à double titre pour la carrière d'Aznavour. Le 12 décembre, la critique, jusqu'alors très aigre à son endroit, le consacre enfin vedette du music-hall, éblouie par son fameux concert à l'Alhambra. Mais c'est trois semaines plus tôt, le 25 novembre, que ses talents - de comédien cette fois - sont reconnus dans "Tirez sur le pianiste".  

Aznavour brille par sa composition subtile qui fait ressortir la fragilité de son personnage, Charlie Kohler. "Sa silhouette gracile le fait ressembler à saint François d'Assise", dit de lui Truffaut qui l'avait d'abord approché avec l'intention de lui consacrer un documentaire. Bien plus qu'une parodie de film noir, ce long-métrage inclassable peine toutefois à rencontrer son public. Sa collaboration avec François Truffaut aux côtés de Michèle Mercier reste sûrement la plus marquante. Son interprétation du pianiste de bar qui a des démêlés avec des gangsters impressionne la critique mais aussi le public. Devenu un classique du cinéma mondial, ce long-métrage est vénéré par de grands metteurs en scène comme Quentin Tarantino ou Martin Scorsese.