Les Google Glass, révolution ou danger pour la vie privée ?

Les Google Glass, révolution ou danger pour la vie privée ?

Émission 

Les lunettes connectées de Google, c'est le nouveau gadget dont tout le monde parle. Ces lunettes - qui n'ont pas de verre - permettent de se connecter à Internet par l'intermédiaire d'un minuscule écran. A Francebleu.fr, nous avons eu l'occasion de les tester quelques jours, et de nous poser également quelques questions sur la vie privée.

Cliquez sur la vidéo ci-dessus pour découvrir une expérience inédite en France : une émission de radio filmée de l'intérieur, grâce aux Google Glass ! Retrouvez Daniela Lumbroso et ses invités Alexandre Arcady et Pascal Elbé comme si vous y étiez.

Consulter ses informations, aller sur Facebook, prendre des photos ou écouter la radio... tout cela, on peut déjà le faire sur un smartphone... Il est désormais possible de le faire sans sortir les mains des poches, avec une simple paire de lunettes. Ce sont les Google Glass, des lunettes connectées à Internet et munies d'un minuscule écran, placé au niveau de l'oeil droit. 

Une salariée de Google, pendant une démonstration de Google Glass - Maxppp
Une salariée de Google, pendant une démonstration de Google Glass © Maxppp
Un gros potentiel, mais encore du travail

A Francebleu.fr, nous avons pu tester ces lunettes – pour l'heure vendues exclusivement aux Etats-Unis. L'utilisation est simplissime, il suffit d'un oeil et de sa voix, pour prononcer les commandes à voix haute. Les lunettes se réveillent lorsque l'on prononce "OK Glass" ; l'utilisateur doit ensuite demander la fonction qu'il veut ("Prends une photo", "Enregistre une vidéo", etc.). Sur le papier, le concept est plaisant... Mais dans les faits, pour l'heure, les lunettes ne comprennent que l'anglais prononcé avec un accent américain . A plusieurs reprises, nos "record a video" se sont transformés en "plan de métro" !

Malgré tout, le concept est prometteur : certaines fonctions, comme la traduction, sont impressionnantes. Il suffit de regarder un texte dans une langue étrangère (sur une affiche par exemple), et les mots traduits apparaissent comme par magie . La qualité vidéo est très satisfaisante, l'affichage des informations clair. Mais il reste des problèmes techniques gênants à l'utilisation : la batterie tient quelques heures à peine, et a tendance à chauffer, sur la monture des lunettes. 

Pour les pros avant tout ?

Toutefois, selon Adrien Delepelaire, de l'agence d'innovation Fabernovel (qui nous a prêté un modèle de Google Glass), le produit n'est pas appelé à conquérir le grand public dans un premier temps. Ce sont surtout les professionnels qui travaillent avec les mains prises qui en auront l'utilité :

ITW Google Glass - Pros

Mais là encore, tout n'est pas gagné. "Les comités d'hygiène, de sécurité et de conditions au travail vont avoir du mal à approuver un produit qui risque d'émettre des ondes wi-fi juste à côté de la tempe ", explique Adrien Delepelaire.

Résultat : Google n'a pas vraiment "mis en vente" ses lunettes, malgré ce qui a été annoncé. En réalité, le géant d'Internet propose de s'inscrire pour recevoir une paire de lunettes et devenir testeur ("Explorateur" en langage Google). Et pour cela, il faut avoir une adresse aux Etats-Unis et surtout... accepter de débourser 1.500$, soit plus de 1.000 euros. Pour Google, c'est une véritable aubaine selon Adrien Delepelaire :

"Google est dans une sorte de phase de test massive" selon Adrien Delepelaire

Un problème pour la vie privée

Mais les Google Glass posent aussi des questions de vie privée : grâce à la mini-caméra, il est possible de prendre en photo ou de filmer autour de soi très discrètement. Forcément, ça ne plait pas à tout le monde, et il y a un vrai mouvement de résistance qui est en train de se créer . Aux États-Unis, des collectifs se créent avec des gens qui n'ont pas envie d'être filmés à leur insu. Par exemple, le collectif Stop the Cyborgs propose des affiches à coller à l'entrée de certains bars ou restaurants pour signaler qu'il est défendu d'y porter ces fameuses lunettes.

D'autres luttent aussi contre la technologie, avec une drôle d'invention : des lunettes lumineuses. Elles sont entourées de petites lampes. Conséquence : quand quelqu'un vous regarde avec des Google Glass, la caméra ne peut pas enregistrer le visage.

Depuis quelques jours, des actions plus violentes ont été relevées : certains utilisateurs se sont fait tout simplement arracher leurs lunettes en pleine rue. On pourrait croire à de simples vols, mais pas du tout : les agresseurs ne se contentent pas d'arracher les lunettes, Ils les détruisent sous les yeux de leur propriétaire .

Pour y remédier, Google a publié une "charte" sur son site, avec des règles de bonne conduite : par exemple, tout simplement, demander l'autorisation avant de prendre quelqu'un en photo ... et ça ne fait pas de mal de le rappeler, ça vaut aussi quand on utilise son téléphone.

Partager sur :