Émissions Toutes les émissions

Le Club Rugby de France Bleu Pays Basque

le lundi à 18h30

30min

18h30 Le Club Rugby de Pelu Taele

Par le lundi 23 janvier 2017
Podcasts : iTunes RSS
Pelu Taele, le colossal 2e ligne samoan de l'Aviron Bayonnais, lors d'un entrainement délocalisé début décembre 2016 à Saint-Jean-de-Luz
Pelu Taele, le colossal 2e ligne samoan de l'Aviron Bayonnais, lors d'un entrainement délocalisé début décembre 2016 à Saint-Jean-de-Luz © Radio France - Patrick Maggioni

Aussi humble, poli et doux, que physiquement colossal, le "coupeur de tête" samoan, né en Nouvelle-Zélande, est venu se raconter sur France Bleu Pays Basque. De la situation de l'Aviron, qui ressemble beaucoup à celle connu en 2014 avec le BO, à sa vie au Pays Basque en passant par les derbys.

Pelu Taele, bien que sa modestie naturelle, le pousse à dire le contraire, parle un français très correct. Et c'est avec ses mots, sans langue de bois, qu'il est revenu sur la situation pénible que vit sportivement l'Aviron Bayonnais cette saison. Le 2e ligne n'hésite pas à faire la comparaison avec l'exercice 2013-14 vécu sous le maillot rouge et blanc voisin et soldé par la relégation du Biarritz Olympique.

Mais le Samoan de Nouvelle-Zélande ne veut pas regarder vers le précipice, et garde la foi. Il exprime la volonté des joueurs bayonnais de se battre jusqu'au bout, de commencer un nouveau championnat dès dimanche contre Brive (12h30 à vivre sur France Bleu Pays Basque).

Il parle aussi du BO, son ancienne équipe, de ses succès actuels et de sa capacité à retrouver le Top 14, convaincu que Biarritz peut, comme en rêve le club qui travaille en ce sens, retrouver sa gloire passée en s'appuyant notamment sur ses jeunes.

L'occasion bien sûr de parler des derbys, si étranges pour un étranger, et vécus sous les deux maillots.

Il est également question de la vie en France, jamais facile quand la langue de Molière est apprise sur le tard, du Pays Basque et ses ressemblances avec son île du Sud, en Nouvelle-Zélande, l'autre pays du long nuage blanc, et bien sûr de son avenir à 35 ans alors que son contrat prend fin en juin.

Un beau moment à réécouter.