Émissions Toutes les émissions

Le Coach emploi

1min

Justifier le départ volontaire d'une entreprise

le jeudi 24 septembre 2015
Podcasts : iTunes RSS
entretien illustration
entretien illustration © Fotolia - Adam Gregor

Quel argument peut-on utiliser, lors d'un entretien de recrutement, pour justifier du départ volontaire d'une entreprise ? Vincent a, en effet, récemment eu un entretien avec un recruteur qui ne semblait pas du tout convaincu que l’entreprise ne l’ait pas licencié

1er point Vincent : même si en expliquant qu’en ayant négocié votre départ, vous n'avez pas convaincu cet interlocuteur - cela ne signifie pas que vous ne convaincrez pas le prochain avec le même argumentaire. C’est d’ailleurs un argumentaire qui passe plutôt bien car de nombreux contrats de travail se terminent ainsi, par une rupture conventionnelle.

C’est vrai mais parfois, on est tellement ému qu’on n’est pas très convaincant, même si on a raison sur le fond…

Oui effectivement, votre regard, votre gestuelle, votre sérénité ou au contraire votre nervosité lorsque vous évoquez le sujet... et bien tout cela a souvent plus d’influence que le simple fait d’avoir raison. Si par exemple, vous vous mettez à rougir ou à baisser les yeux dès que vous avancez votre explication, c’est vrai que même si vous dites la vérité, on aura plutôt tendance à ne pas vous croire ! C’est donc plutôt une bonne idée que de préparer spécifiquement la réponse à cette question.

Quels seraient les autres arguments à mettre en avant ?

Vous pouvez expliquer que votre entreprise souhaitait alléger sa masse salariale en raison de difficultés économiques. Et que face à la proposition de quitter votre poste, vous en avez profité car cela représentait – tout d’abord une opportunité de toucher une prime - tout en ayant du temps pour évoluer dans une nouvelle entreprise sur un nouveau projet intéressant. D’où précisément votre présence devant votre interlocuteur ! Et en faisant ainsi, vous afficherez une belle sérénité qui ne pourra que rassurer ce même interlocuteur.