Émissions Toutes les émissions

Le coin des libraires

Le prieuré de Didier Cornaille

Podcasts : iTunes RSS
Didier cornaille
Didier cornaille © radiofrance.com - benedicte.bourdial

Observateur passionné du monde rural dont il est issu, Didier Cornaille a consacré plus de 25 ans à cet univers en tant que journaliste spécialisé puis romancier. Il revient avec ce même tempérament qu'on aime chez lui et ce roman : "Le Prieuré" (Édition Presse de la Cité / Collection "Terres de France")

En Bourgogne, au fond d'un vallon et au bout d'une petite route, il y a la vieille maison où vivent les Rabaut et leur petit-fils, Samuel, aux dehors rudes de "vieux gars", et la maison neuve où résident leurs cousins Francis Magnacourt et son épouse Elodie, des citadins.

Non loin des deux maisons se dresse la jolie chapelle du Prieuré, jusqu'alors fermée et inacessible.

Après d'importantes recherches archéologiques menées par Francis, le sanctuaire est ouvert au public. Un événement qui attire du monde et attise les passions. Jusqu'à ce qu'on retrouve Francis assassiné. Les soupçons se portent rapidement sur Samuel, qui a opportunément disparu...

La consternation se double d'une exagération des tensions entre les deux camps, que cette affaire de chapelle déchire. Seul Serge Vinalet refuse de croire en la culpabilité de Samuel, que pourtant tout accable...

Extrait :

"Il  ne lui a pas laissé le temps de commenter.

- Parce que tu crois qu'il est seul à penser comme ça ? Il y en a des tas comme nous, comme lui, qui disent que ça a été bien vite emballé, cette affaire-là, qu'il y a quelque chose qui cloche. Mais il n'y en a pas un qui bouge. Ils sont tous enfermés dans leur bonne conscience à se répéter que ce n'est pas normal, que c'est injuste, mais que ça ne les regarde pas, qu'ils n'ont pas à s'en mêler.  Et lui, là, brusquement, ce vieux monsieur à qui on ne demande rien, le voilà qui se réveille et qui vient clamer son soutien... Tu ne trouves pas ça curieux ? (...) Pourquoi tu te marres ? Ce n'est pourtant pas drôle. (...)

- Tu deviens ancore plus méfiants qu'eux !"