Émissions Toutes les émissions

Le coin des libraires

Retour à Whitechapel de Michel Moatti

Podcasts : iTunes RSS
Retour à Whitechapel de Michel Moatti
Retour à Whitechapel de Michel Moatti © radio.france.com - benedicte.bourdial

Pourquoi ni la police de l'époque, ni les enquêteurs qui ont suivi l'affaire depuis plus d'un siècle n'ont jamais identifié Jack l'Eventreur ?

La réponse tient en ce constat : ils cherchaient un homme qui correspondaient à un a priori social ou allégorique. "Jack" n'était pas un médecin fou, ni un membre de l'aristocratie victorienne ou un haut personnage de la cour d'Angleterre. Il était simplement dans la place, tout près de ses victimes, invisible à force d'être là...

Dans ce roman, Michel Moatti nous invite a suivre l'enquête menée par Amelia Pritlowe, une jeune infirmière du London Hospital qui reçoit à l'automne 1941 la lettre posthume de son père qui lui annonce que sa mère n'est pas morte d'une maladie pulmonaire comme elle l'avait toujours cru : Mary Jane Kelly fût en réalité la dernière victime de Jack l'éventreur. Amelia avait alors deux ans...

Mue par une incroyable soif de vengeance, l'infirmière se lance dans une traque acharnée, plongeant dans les bas-fonds de l'East end victorien, revivant le calvaire des victimes, suivant chaque piste, acceptant tous les sacrifices...

A découvrir joint au roman : le carnet d'enquête de Michel Moatti où l'auteur a reporté ses notes, ses impressions, ses pistes également suivies pendant ses 3 années d'enquête et d'écriture. PASSIONNANT !!!

Extrait :

"J'ai retrouvé mes notes sur la déposition de Miss Harvey, au jury de Shoreditch. J'en ai relu les quelques lignes, dans un état second. Cette femme semblait, plus que les autres, avoir connu ma mère de près. Et, comme elle le confirmait dans sa lettre, il m'avait semblé qu'elle l'avait aimé. Dans toutes lesdélcarations de Maria Harvey, même celles qui ont été retranscrites par les reporters, on sent comme une émotion réelle à l'égard du destin terrible de Mary Kelly. Elle n'en parle pas, comme les autres, en disant "la décédée" ou "la victime". elle dit toujours "Mary Jane" ."