Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 16h10

Sombre Dimanche d'Alice Zeniter (Albin Michel)

Sombre Dimanche d'Alice Zeniter

Une invitation au voyage, sur les bords du Danube...

Budapest - Hongrie.

Sombre Dimanche est une saga familiale sur fond de bouleversements historiques. Les mutations politiques que connaît la Hongrie depuis plus de cinquante ans ont des répercussions dévastatrices sur la vie des protagonistes qui vivent et meurent au rythme des révolutions populaires et des soubresauts géopolitiques.

Au cœur du roman, la famille Mandy. Trois générations vivent dans leur maison en bois au bord des rails, à quelques encablures de la gare Nyugati, à Budapest. La famille Mandy compte le grand-père, le père et le jeune Imre à travers les yeux duquel l’auteur a choisi de raconter l’histoire tragique de sa famille.

Le tout premier souvenir d’Imre est associé a son grand-père beuglant dans le jardin la chanson lugubre de Rezsö Seress sur laquelle s’ouvre le roman : « Sombre Dimanche,/Les bras chargés de fleurs blanches,/Un dimanche matin, poursuivant mes chimères,/La charrette de ma tristesse est revenue sans toi… » Selon la légende, cette chanson archi-connue des Hongrois a été longtemps interdite car elle était triste et provoquait des vagues de suicides dans le pays.

Le grand-père d’Imre en a fait la chanson de son amertume et de sa frustration et l’entonne sans faute tous les 2 mai tel un rituel pour se rappeler la disparition de son épouse Sarah, survenue au début du soulèvement anti-communiste de 1956. Debout dans son jardin, un râteau à la main et un flacon d’eau-de-vie dans la poche de son pantalon, le vieil homme pousse la chansonnette jusqu’à ce qu’il s’écroule de fatigue et de soûlerie. Non sans avoir appelé dans un dernier sursaut de rébellion à la mort de Staline : « Qu’ils crèvent tous, que Staline recrève dans sa tombe ! »

Partager sur :