Replay du lundi 16 novembre 2020

VIDEO: ados et confinement

- Mis à jour le

Ne pas oublier la détresse des ados

Guy Lesoeurs, notre psychotérapeute
Guy Lesoeurs, notre psychotérapeute © Radio France - Servane Estarellas

Guy Lesoeurs, Psychothérapeute, Psychanalyste et Sexothérapeute

Plus que les adultes, les ados sont dans l’incertitude devant la pandémie et surtout devant ses conséquences. 

En temps normal, l’adolescence est une période paradoxale avec :

·     d’un côté, l’insouciance avant de rentrer dans la vie active, 

·     et de l’autre le malaise existentiel, le manque de confiance en soi et SURTOuT les contraintes de la société qui ne les comprend pas, dans le sens littéral de les prendre avec soi.

Or, dans ces temps difficiles, l’insouciance n’y est plus et le malaise existentiel est très augmenté ;

En plus, le temps du confinement leur paraît très long et vide. 

Le confinement est interminable ET PRIVE DE LIBERTE

nE PLUS voir les copains, OBLIGE DE sortir avec un masque dans un périmètre limité, NE PLUS FAIRE DE SPORT…

De plus, ils sont assez silencieux et refoulent beaucoup de choses. Alors, cela doit sortir un jour SOUS PEINE DE FAIRE DES DEGATS (DEPRESSION, troubles anxieux, BOULIMIE, ADDICTIONS DIVERSES).

Alors que faut-il faire pour eux ?

Certains disent : « De toute façon le confinement cela fait son affaire parce qu’en temps normal il se confine déjà tout seul. Celui lui passera»

Oui, mais il le décide lui-même c’est la grande différence.

TROIS points importants

·     GARDER LE CONTACT ABSOLUMENT ET NE PAS ATTENDRE QU’IL ou ELLE DEMANDE DE L’AIDE, C.A.D. LUI PARLER MÊME SI vous avez l’AIR DE LE GAVER …

·     NE SURTOUT PAS LE PRENDRE POUR UN  ENFANT ET DISCUTER DE TOUT AVEC EUX

·     Maintenir « la base de sécurité », le foyer, le terrier FAMILIAL

·     N’OUBLIONS PAS QUE pour L’ADOLESCENT, MÊME S’IL NE L’AVOUE pas, que les parents et la fratrie  sont encore les meilleurs interlocuteurs et surtout QUAND ILS SERVENT D’exemples positifs dans cette période.