Émissions Toutes les émissions

Le samedi à 6h53 et 12h55 et le dimanche à 12h55

L’aquajogging

Le conseil forme et bien-être du samedi 22 octobre 2016

Par

Tout ce qui est fait dans l’eau est tout doux et bon pour tous… Alors on se jette dans la piscine et on court

L’aquajogging

On enfile un bonnet de bain, un maillot de natation, et on met autour de la taille une ceinture munie de flotteurs. Plus on est lourd, plus le nombre de flotteur est élevé car le but est de rester à la verticale dans l’eau et le plus stable possible. On ne touche donc pas le sol, car l’aquajogging c’est de la simulation de course à pied… dans l’eau !

Concrètement, on lance sa jambe vers l’avant et on la ramène presque tendue vers l’arrière. On fait le mouvement des bras comme en course à pied bien dans l’axe. C’est physique et surtout on peut y aller à son rythme.

Au début, on a tendance à partir à l’horizontale et donc à boire quelques tasses. Il ne faut surtout pas se décourager. Pensez à gainer, c’est-à-dire à serrer les muscles du ventre, du psoas et des adducteurs pour maintenir la verticalité. Et c’est là tout l’intérêt de l’aquajogging.

Si vous insérez 20 minutes d’aquajogging à vos séances de natation, vous sentirez vite les progrès sur le bitume une fois vos running aux pieds !

Intéressant si on est blessé

L’aquajogging est idéal si vous êtes en convalescence. Cela permet de garder le geste de la course à pied mais aussi de continuer à travailler le souffle.

Si vous faites vos séances avec un cardio-fréquence mètres, vous verrez que c’est pas de la rigolade l’aquajogging car l’eau provoquant une résistance environ 15 fois supérieure à celle de l’air, le système cardio-vasculaire est davantage sollicité que sur les chemins.

L’autre avantage est que si vous êtes en surpoids, vous oublierez vos kilos tout en légèreté dans la piscine.

Et puis, l’action drainante de l’eau vous fera éliminer les toxines, et raffermira votre peau.

Partager sur :