Toutes les émissions

Le conseil forme et bien-être

Du lundi au vendredi à 5h12

© Maxppp -

Les pressings

Diffusion du samedi 18 mars 2017 Durée : 2min

Le nettoyage à sec, hyper polluant, n’est plus vraiment notre ami

On parle de nettoyage à sec car l’eau est remplacée par des solvants. Tout comme pour la lessive, une machine spéciale est lancée et tourne les vêtements pendant qu’un solvant est pompé dans le système.

Simultanément, le solvant sale est pompé hors de la machine pour maintenir un nettoyage constant des vêtements. Après le cycle de solvant, le cycle suivant commence par faire circuler rapidement les vêtements et enlever la totalité du solvant. Enfin, les vêtements sont séchés pendant que de l’air chaud est pompé dans la machine, pendant que celle-ci continue à tourner.

Laver sans eau

Tout cela vient, comme souvent dans les inventions, par une erreur d’un certain Jean Baptiste Jolly qui, après avoir renversé un mélange de térébenthine et d’alcool sur une robe, a constaté que ça nettoyait au lieu de tacher. Et hop, il crée le premier pressing Parisien.

Le problème c’est que les solvants utilisés, comme le célèbre perchloréthylène, sont très polluants et ont de gros effets sur la santé et l’environnement.

Malgré tout et contrairement aux Etats-Unis, la France continue d’autoriser son utilisation et quelque 5.000 entreprises de nettoyage à sec émettent 8.200 tonnes de perchloréthylène chaque année dans l’air, surtout dans les zones résidentielles. Heureusement, il est désormais interdit d’implanter un pressing utilisant ces solvants dans les immeubles à habitations

Les alternatives

La première des choses si vous continuez à utiliser le pressing, c’est de sortir les vêtements de la protection en plastique et de les aérer. Ne les gardez pas dans vos placards enrobés de perchloréthylène.

Privilégiez les pressings porteurs du label «pressing propre» qui garantit le non-rejet de boues chlorées dans les égouts et leur évacuation par des spécialistes.

La bonne nouvelle, c’est que plusieurs enseignes de pressing écolos arrivent sur le marché. Mais là encore, il faut être prudent et s’informer. Par exemple, certaines proposent un lavage au silicone D5, de la silice liquide. Or cette dernière n’a pas encore le label écolo et « pourrait » être dangereuse aussi. Le lavage au CO2 liquide présente des risques liés au stockage du C02. Affaire à suivre donc…

Les pressings écolos à l’eau

Ce sont les plus sûrs pour le moment. Ils pratiquent un lavage à l’eau avec des produits biodégradables qui garantissent un résultat de haute qualité et une odeur agréable sur les vêtements mais ils sont de grands consommateurs d’eau…

Vous le voyez, la solution idéale n’existe pas ! Un jour peut être…