Replay du mercredi 26 mai 2021

Qui, au jardin, mange nos légumes feuilles ?

Les feuilles mangées par d'autres que vous au jardin, c'est décourageant. Qui sont les coupables ? Maryse Friot, Présidente de la Société d'HOrticulture de Touraine, nous éclaire.

Hummm elle est pour moi cette belle salade ?
Hummm elle est pour moi cette belle salade ? © Getty - Achim Sass

Qui, au jardin, mange nos légumes feuilles ?

Les limaces et escargots Avec le retour de la pluie les limaces et escargots reprennent de l’activité, les dégâts se font sur de nombreuses plantes, des semis, des plantations de salade et des feuilles d’arbustes.

Sur les rosiers, plusieurs espèces peuvent être observées :
- Des noctuelles : Mamestra oleracea dîte Noctuelle des potagers. En France, elle est largement répandue. Elle fréquente de préférence des sols siliceux dans une ambiance humide. On la rencontre un peu partout, jusque dans les zones cultivées et urbanisées. La chenille est polyphage, mais elle semble préférer Atriplex et Chenopodium donc des adventices. Si vous nettoyez bien le pied de vos rosiers, vous attirerez moins cette chenille.
- Amphipyra pyramidea vient bien à la lumière mais est fortement attirée par la miellée. On la rencontre dans divers milieux forestiers, y compris en zone urbaine. La chenille polyphage se développe sur diverses essences : les chênes, les bouleaux, les saules notamment.
- Des tordeuses Ptycholoma lecheana qui se nourrissent principalement de bouleau.
- Des phalènes hiémales ou cheimatobie (Operophtera brumata) dite chenille arpenteuse. La chenille arpenteuse est une petite chenille verte qui lorsqu'elle se déplace, produit des formes géométriques. Il faut s’en méfier ; elle grignote avidement les bourgeons et les jeunes feuilles des fruitiers, jusqu'à compromettre les futures récoltes ou fleurs. La saison de ponte de la Cheimatobie démarre en novembre et se poursuit durant les mois d'hiver. Les œufs (200 à 300 par femelle) sont déposés sur l'écorce des rameaux les plus fins et éclosent au moment du débourrement, à partir du mois d'avril. Il en sort des chenilles qui se nourrissent des bourgeons, des fleurs, des feuilles et parfois, des fruits en formation. Pour se déplacer d'une branche à l'autre, elles se laissent pendre à un fil de soie, et sont facilement transportées d'un arbre à l'autre par un coup de vent, ce qui facilite grandement leur propagation. À la fin du mois de mai, les chenilles tombent au sol et s'y enterrent à 8 cm de profondeur. Les imagos (papillons) ne sortiront qu'une fois l'été passé.
- Les tenthrèdes : de nombreuses plantes sont susceptibles d'être attaquées : groseilliers (groseilliers à fleurs ou à fruit pommier, poirier, noisetier, cerisier, rosier, spirée, églantier, aubépine, berbéri, millepertuis, saule, aulne, frêne, bouleau, pin, peuplier, chêne, géranium, iris, ou encore, au potager, l'oseille, les Brassicacées ou Crucifères (chou, navet, radis)... Les tenthrèdes sont des fausses chenilles à 3 paires de pattes et 5 à 8 fausses pattes . Elles mangent la totalité du limbe laissant les nervures. Les adultes apparaissent en mai-juin (voire avril sous les climats doux). Les premières pontes suivent de peu : les femelles pondent jusqu'à 300 œufs sur une même plante (d'où un nombre parfois impressionnant de larves) qui éclosent au bout de quelques jours. Entre mai et juillet, la première génération de larves est présente sur les végétaux : elle se nourrit des feuilles durant 10 ou 15 jours avant d'effectuer sa nymphose et de pondre à son tour, en juillet-août. Une 2e génération de larves de tenthrèdes est alors observable durant l'été. Parfois, une 3e vague de ces "fausses chenilles" peut aussi apparaître en début d'automne. A l'automne (septembre-octobre selon le climat), la dernière génération de larves se laisse tomber sur le sol et s'y enfonce afin d'y passer l'hiver sous forme de nymphe, à quelques centimètres de profondeur. Au printemps, les nymphes achèvent leur métamorphose, les adultes s'envolent et un nouveau cycle commence.

Tous ces animaux sont utiles car oiseaux, chauves-souris, hérissons, carabes, etc, s'en nourrissent et n'oublions pas que les limaces sont aussi utiles à votre sol que les vers de terre... Encore une fois, favorisez la biodiversité chez vous et vous rencontrerez de moins en moins de problèmes.

Maryse Friot, Présidente de la Société d'horticulture de Touraine, intervient également sur le jardin, le monde du végétal chaque samedi de 9h à 10h dans l'émission jardin sur France Bleu Touraine : "Jardins, terrasses et compagnie". Elle vous répond aussi comme toujours en direct dans le forum jardin entre 9h35 et 10h. Vous pouvez m'envoyer vos questions jardin et vos photos à isabelle.dorso@radiofrance.com

Mots clés: