Toutes les émissions

Le conseil santé

Du lundi au vendredi à 05h42

© Maxppp -

L'apnée du sommeil

Diffusion du vendredi 8 juin 2018 Durée : 2min

10% de la population française serait touchée par ce syndrome

Ça représente quand même 15 millions de personnes, c'est beaucoup, et ça  justifie qu'on doive en parler car si ça se trouve vous en souffrez sans même le savoir. 

Si vous êtes fatigué au réveil sans trop savoir pourquoi, si vous avez du mal à vous concentrer durant la journée, si vous avez mal à la tête le matin, ou si vous êtes anormalement essoufflé pendant un effort, alors oui peut être que vous souffrez d'apnée du sommeil.

C'est quoi exactement ?

Ce qu'on appelle une apnée du sommeil c'est un arrêt de la respiration, mais de façon involontaire sans qu'on s'en rende compte, pendant le sommeil et ça peut durer entre 10 et 30 secondes. Parfois c'est le conjoint qui s'en rend compte quand il dort à côté de la personne qui fait de l'apnée. 

Les hommes sont plus touchés que les femmes. A quoi c'est du, c'est assez inégal et assez compliqué d'établir un profil spécifique mais on sait que les personnes les plus à risques sont celles qui ont l'habitude de ronfler, celles en surpoids, les personnes âgées, ainsi que les femmes enceintes en surpoids. A chaque fois, le mécanisme est le même : les muscles de la gorge et de la langue se relâchent, et ça bloque le passage d'air.

C’est grave ?

C'est grave parce que d'une le sommeil est perturbé, et qu'on est de fait plus fatigué. Mais c'est surtout plus grave pour le cœur qui est très sollicité. Et c'est là où la fédération française de cardiologie s'inquiète. 

A chaque micro réveil, la pression artérielle augmente considérablement, le rythme cardiaque aussi, et à terme on peut être susceptibles de faire un AVC, un infarctus, de l'insuffisance cardiaque alors qu'a priori on est en pleine forme. 

Pour le dépister il existe des solutions. Un petit questionnaire en ligne déjà sur le site de la fédération française de cardiologie, des appareils de mesure à porter pendant la nuit, et bien sur un rendez-vous chez votre médecin pour en parler, qui vous orientera alors vers un cardiologue et ou un pneumologue, voir même directement dans un centre du sommeil.