Émissions Toutes les émissions

Le conseil santé

Du lundi au vendredi à 05h42

2min

La propolis

Par le mercredi 2 novembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
© Maxppp -

Avec l’hiver et le retour en force de ses rhumes, c’est le bon moment pour faire une cure de propolis

La propolis est un cadeau des abeilles. Elle est récoltées sur certains bourgeons, et emmenée jusque dans la ruche ou elle sert à colmater les fissures, assainir renforcer et protéger la ruche. La propolis sert de bouclier naturel, de désinfectant même. Ça c’est dans la ruche et on imagine très bien le parallèle avec nous.

La propolis peut nous aider à passer le cap de l’hiver. C’est un antibiotique naturel, qui contient plus de 500 principes actifs (une alternative efficace aux antibiotiques chimiques). Parfait pour prévenir les infections, il est hyper puissant contre la grippe si vous l’associez à la gelée royale, l’angine, l’otite et les maux de gorge et sert à soigner tout ce qui concerne les voies respiratoires, la gorge en particulier. Laryngites, pharyngites, rhinites. Tous les mots en ite ou presque.

Mais la propolis est également utilisée contre les mycoses, les champignons, pour tous les problèmes de la bouches, de la mauvaise haleine aux gingivites, et elle est aussi très efficace contre les brulures, ou contre le vieillissement de la peau. C’est un peu le produit miracle

On l’utilise comment la propolis ?

On la retrouve en teinture alcoolique, c’est la forme la plus concentrée, en gélule notamment pour soutenir le système immunitaire, brute en gomme à mâcher notamment pour les infections virales ou bactériennes pour tout ce qui est ORL, en sirop pour les maux de gorge, en bonbons aussi et en spray oral ou nasal. Dans l’idéal il faudrait faire une cure là maintenant… Au plus tard à la sortie de l’automne pour pouvoir tenir le coup jusqu’en mars avril.

Quel que soit le produit que vous choisissez demandez toujours la teneur en propolis. Plus elle est élevée et plus ce sera efficace. Choisissez la 100% naturelle et récoltée par des apiculteurs si possible dans des zones non polluées