Toutes les émissions

Le conseil santé

Du lundi au vendredi à 05h42

Le don d’organe

Diffusion du jeudi 1 décembre 2016 Durée : 2min

Les choses vont changer le 1er janvier prochain

A partir du 1er janvier, une nouvelle loi va mettre en pratique le principe de présumé donneur. Ça veut dire quoi exactement ? Ça veut dire que si vous ne vous êtes pas opposé au don de votre vivant vous serez directement donneur à votre décès.

Une loi qui est censée faciliter les démarches et surtout répondre à une demande toujours plus importante. En France 21.500 personnes attendent désespérément une greffe et seules 6.000 ont pu être réalisées l’an dernier parce qu’on manque de donneur.

Les conditions

Vous pouvez donner de votre vivant du sang, de la moelle osseuse, un rein, de la peau, des fragments osseux et exceptionnellement des lobes de foie et de poumon.

Et ensuite après votre mort vous pouvez également donner. Mais il y a mort et mort. Il faut être en état de mort céphalique, c’est-à-dire dans un état ou toutes les fonctions de votre cerveau sont arrêtées mais où les fonctions cardiaques sont maintenues. Le cœur est donc irrigué ainsi que tous les organes vitaux mais on sait qu’il n’y a plus aucune chance de vous sauver.

Dans ce cadre-là et uniquement ce cadre-là, les médecins vont faire des recherches sur les antécédents familiaux, des examens pour dépister d’éventuelles maladies et ce sont ces examens qui détermineront si oui ou non le don d’organe est possible. S’il n’y a pas de contre-indication et si vous n’êtes pas inscrit sur le registre national des refus alors vous serez considéré comme donneur.

Quel type d’organe ?

Tout ou presque. Le cœur, le foie, le rein, le poumon, le pancréas, les os, la cornée, la peau… et rassurez-vous, ce sont des chirurgiens qui réalisent ces opérations, et ils veillent toujours à ce que le corps du défunt soit restitué dans les meilleures conditions à la famille.

Vous ne vous apercevrez absolument pas que votre parent a été prélevé de certains de ses organes. En revanche vous pourrez vous dire qu’il a peut être sauvé une, deux, voire trois vies.

► En savoir + : le site de France Adot