Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

La Chambre de l'Agriculture du Loiret, avenue des Droits de l'Homme à Orléans
La Chambre de l'Agriculture du Loiret, avenue des Droits de l'Homme à Orléans - Capture écran google street view

A quoi sert la Chambre d'Agriculture du Loiret ?

Diffusion du lundi 14 janvier 2019 Durée : 3min

Les agriculteurs du Loiret sont appelés à voter, à partir de cette semaine et jusqu'au 31 janvier, pour désigner leurs élus à la Chambre d'Agriculture du Loiret. A quoi sert cet établissement censé venir en aide aux agriculteurs et les conseiller ? Et quels sont les enjeux de ces élections

C'est le début cette semaine des élections à la Chambre d'Agriculture du Loiret, elles vont durer jusqu'au 31 janvier. Le vote est soit électronique soit par courrier, chaque responsable d'exploitation reçoit son matériel de vote à partir de ce lundi, et pourra voter jusqu'à la fin du mois. Il s'agit pour les 3800 agriculteurs du département (chiffres direction régionale de l'agriculture), de désigner leurs représentants dans cette instance censée fédérer la profession et défendre les intérêts des agriculteurs, les conseiller, les former, les accompagner.

Un rôle de conseil et de formation

En France, il y a une chambre d'agriculture dans chaque département. Leur rôle est politique, d'abord, elles sont les porte-paroles du monde rural, elles doivent défendre les intérêts des agriculteurs face à l'Etat, à l'administration. Mais la Chambre d'Agriculture a aussi un rôle de conseil de formation, d'analyses agronomiques, aussi : celle du Loiret dispose d'une laboratoire qui fait plus de 50 000 analyses par an. 

Financée grâce à la taxe sur le foncier non bâti 

La majeure partie des salariés de la Chambre, ils sont 80 dans le Loiret, sont en fait des ingénieurs, et des techniciens, qui accompagnent les agriculteurs dans leurs projets de reprise, d'installation, dans l'application, aussi, des mesures décidées par l'Etat. Il y a un hydrogéologue par exemple, des experts en environnement, des conseillers économiques. La plupart de ces services sont payants, c'est une partie des revenus de la Chambre, le reste et le principal c'est une taxe, payée par les agriculteurs, sur le foncier non bâti.

Quel est l'enjeu des élections qui se déroulent en ce moment ?

Il est assez largement politique... En fait, le scrutin qu'on regarde particulièrement, c'est celui des chefs d'exploitations, les agriculteurs eux-mêmes. Eux votent pour des listes portés par leurs syndicats, la FDSEA, depuis longtemps assez largement majoritaire dans le Loiret (60% aux dernières élections de 2013), la Coordination Rurale (20%), et la Confédération Paysanne (12% des suffrages). Il y a aussi une autre liste cette année, portée par le président sortant de la Chambre, Michel Masson, issu de la FDSEA mais qui cette fois se présente en dissident, il n'a pas obtenu l'investiture du syndicat, qu'il a d'ailleurs quitté il y a quelques années.

Une instance vue comme le cercle de pouvoir d'un seul syndicat

Ces élections sont importantes, à un moment où l'agriculture est en crise. La préoccupation principale des agriculteurs aujourd'hui, c'est leur revenu. En France, un tiers des agriculteurs ont un revenu inférieur à 350 euros par mois. Et pour beaucoup, là-dessus, la Chambre d'Agriculture n'apporte pas vraiment de réponse. En fait, elle est vue de plus en plus comme un cercle de pouvoir qui ne s'intéresse pas vraiment à eux. C'est pour ça que près de la moitié des exploitants ne votent pas, et que les deux tiers ne se tournent jamais vers leur Chambre d'Agriculture

Le revenu, principal préoccupation des agriculteurs du Loiret

Et pourtant les défis que va devoir affronter l'agriculture dans les prochaines années sont importants. Parce que les attentes des consommateurs ont changé, parce qu'il faut réhabiliter le monde rural dans l'opinion publique, beaucoup de candidats parlent "d'agribashing". Chaque syndicat candidat a ses solutions, du côté de la FDSEA on commence, par exemple à parler de circuits courts, on se préoccupe de la ressource en eau. A la Coordination Rurale on parle démocratie, à la Confédération Paysanne on s'inquiète du prix des terres qui augmente, et de la taille future des exploitations.

Ecoutez les principales propositions des candidats

Jean-Marie Fortin, tête de liste de la FDSEA dans le Loiret

Laurent Lheure, tête de liste de la Coordination Rurale dans le Loiret

Laurent Beaubois, tête de liste de la Confédération Paysanne dans le Loiret

Michel Masson tête de liste indépendant