Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

La première version du statut de cheminot date de 1920
La première version du statut de cheminot date de 1920 © Radio France - Stéphane Barbereau

C'est quoi, le statut des cheminots ?

Diffusion du mardi 3 avril 2018 Durée : 3min

Dans le décryptage ce matin, on s'intéresse au statut de cheminot : un statut que le gouvernement veut supprimer pour les nouvelles recrues de la SNCF - c'est l'une des raisons de la grève qui commence aujourd'hui... Mais de quoi parle-t-on exactement ?

Contrairement aux idées reçues, le statut de cheminot a été créé avant la SNCF ! Donc dans des compagnies privées, cela remonte à 1920, l'Etat impose alors à ces compagnies d'employer un nombre d'agents suffisant pour garantir la sécurité des circulations. Cette raison originelle reste d'actualité selon Olivier Marchenoir, agent de maîtrise SNCF aux Aubrais : "Ce statut a été créé justement pour fidéliser le personnel ; il permet aussi à un agent de refuser tel travail s'il estime que les conditions de sécurité ne sont pas remplies."

Le statut garantit quasiment l'emploi à vie des cheminots - seules des démissions ou des radiations sont possibles ; il accorde 28 jours de congés payés auxquels s'ajoutent jusqu'à 28 jours de RTT pour les agents travaillant de nuit ; un régime de retraite spécifique qui permet de partir dès 52 ans pour un conducteur ; et enfin une grille de rémunération : selon la SNCF le salaire brut mensuel moyen des cheminots s'élevait à 3 000 euros en 2014... Des avantages, certes, mais qui viennent compenser des horaires de travail atypiques, souligne Olivier Marchenoir : "Un agent de conduite peut finir très tard, travailler le samedi ou le dimanche, ainsi que les jours fériés." Ce statut bénéficie à 130 000 personnes, sur un total de 145 000 salariés à la SNCF.

On en vient à la question : pourquoi le gouvernement veut-il supprimer ce statut ?

La réponse, on la trouve dans le rapport Spinetta publié en février dernier : selon ce rapport, la SNCF présente un surcoût de 30% par rapport aux autres compagnies ferroviaires en Europe, alors que l'ouverture à la concurrence est prévue pour 2020 pour les TGV et peut-être même 2019 pour les TER. Or ce statut des cheminots représenterait à lui seul un tiers de ce surcoût... Un chiffre que contestent les syndicats, pour qui le vrai problème de la SNCF, c'est le coût de la dette (estimée à 47 milliards d'euros). Denis Falvisaner est élu CGT cheminot aux Aubrais : "Le gouvernement se sert de cet argument du statut pour expliquer aux Français que c'est à cause des cheminots que la SNCF ne fonctionne pas correctement, et qu'il faudrait remettre en cause le statut des cheminots pour avoir un système ferroviaire efficace - c'est un mensonge éhonté ! Alors que la dette de la SNCF génère plus de 2 milliards d'intérêts d'emprunts annuels, ce qui empêche tout développement de l'entreprise..."

Les syndicats rappellent aussi que pour bénéficier du statut de cheminot, il faut entrer à la SNCF avant l'âge de 30 ans. C'est ce qui explique qu'aujourd'hui déjà 25% des embauches à la SNCF se font hors statut.