Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

Mobilisation de gilets jaunes au centre des Impôts d'Orléans
Mobilisation de gilets jaunes au centre des Impôts d'Orléans © Radio France - Anne Oger

Changement de stratégie pour les gilets jaunes à Orléans

Diffusion du mardi 27 novembre 2018 Durée : 3min

Délogés dimanche soir du rond-point Gérondeau à Saran, une quinzaine de gilets jaunes ont décidé de se mobiliser autrement à Orléans en pénétrant au sein des services de l'Etat ou des mairies. Ce lundi ils étaient 7 au centre des impôts d'Orléans Ouest, entraînant la fermeture du service au public

Ils sont 16, en tout, ce lundi matin, devant le centre des Impôts d'Orléans Ouest. Ils étaient 7, au départ de l'action, les autres ont eu du mal à les trouver. Entrés incognito dans les services de la direction des services fiscaux, cité Coligny à Orléans, ils ont enfilé leurs gilets jaunes et ont fini par se signaler, à l'accueil, car personne n'avait remarqué leur présence. Une initiative qui a conduit la direction régionale des services fiscaux du Centre Val de Loire à fermer son accueil au public pour la matinée. "Nous l'avons fait par principe de précaution, quand des gens entrent et qu'on ne connait pas leurs intentions, nous devons assurer la sécurité de tous, c'est la priorité" explique Franck Mordacq, le directeur régional de l'administration

Le centre des impôts Cité Coligny à Orléans  - Radio France
Le centre des impôts Cité Coligny à Orléans © Radio France - Anne Oger

Un mouvement plutôt bien compris par les contribuables

Une fermeture qui entraîne quelques mécontentements, moins dirigés vers les gilets jaunes que vers le centre des impôts lui-même."Je ne savais pas qu'ils étaient dangereux, ces gens-là" regrette une contribuable venue régler un problème urgent. "Moi j'ai manifesté le premier samedi, il n'y avait pas d'agressivité" assure cette autre, venue spécialement de Beaugency. "Je soutiens les gilets jaunes, je ne veux pas la démission d'Emmanuel Macron, mais il faudrait qu'ils descendent tous un peu de leur statut de monarques, et des taxes, il y en a trop !"

On a compris qu'on se trompait de cible, alors maintenant on s'attaque aux services de l'Etat

Une sympathie dont a bien conscience ce gilet jaune qui refuse de dévoiler son identité : "vous n'avez qu'à m'appeler John Gilet !" plaisante-t-il. "On a compris que bloquer la circulation ça gênait nos amis, les gens. Notre mouvement est populaire, mais on se trompait de cible, donc on a bien entendu le message, et donc on attaque les services fiscaux et les services de l'Etat, mais ça se passe bien, on n'a pas tout cassé, on ne veut pas de violence". Ce lundi après-midi les mêmes gilets jaunes se sont rendus de la même façon à la mairie d'Orléans, sans entraîner de fermeture au public.