Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

Les fouilles sont désormais systématiques à l'entrée de la place du Martroi à Orléans
Les fouilles sont désormais systématiques à l'entrée de la place du Martroi à Orléans © Radio France - Anne Oger

Comment s'organise la sécurisation renforcée du marché de Noël à Orléans ?

Diffusion du vendredi 21 décembre 2018 Durée : 3min

Depuis l'attentat du marché de Noël de Strasbourg, qui a fait cinq morts et 16 blessés le 11 décembre dernier, les mesures de sécurité sont considérablement renforcées sur celui d'Orléans, et notamment place du Martroi, où six points de contrôle et de fouilles systématiques ont été installés

En quelques heures, Cyriaque Boughareb et Valérie Juigné, les deux dirigeants de l'entreprise Escort Sécurité, retenue au printemps dernier par Orléans Métropole pour assurer la sécurisation de ses grands événements, ont dû revoir entièrement leur dispositif sur le marché de Noël d'Orléans. "On est passés de six agents la nuit sur les trois places, à 23 agents tous les jours, du lundi au dimanche. Et là où on fouillait simplement les sacs, on pratique maintenant une palpation systématique. Et on a reçu les instructions le mercredi soir, pour une mise en place dès l'ouverture à 10h30 le lendemain", explique Cyriaque Boughareb.

Six points de fouilles systématiques à l'entrée du marché

Désormais six tentes sont installées de chaque côté de la place du Martroi, et les fouilles sont incontournables. C'est le rôle de Valérie Juigné, elle est agent de sécurité depuis trois ans. "Je commence par les bras, pour vérifier que rien n'est dissimulé dans les manches, puis je descends, je fais attention aux bonnets, aux cagoules, aux cols". Valérie ne fouille que les femmes, et ses collègues hommes ne fouillent que les hommes, le contraire serait illégal. 

Les gens nous disent parfois que ça ne sert à rien, qu'ils ne sont pas des terroristes. Quand l'attente est trop longue, certains renoncent et ils s'en vont

Du côté des visiteurs, on prend parfois son mal en patience. Le week-end dernier, on a parfois compté jusqu'à 300 personnes en attente devant les postes de sécurité à l'entrée de la place du Martroi. "Les gens nous disent parfois que ça ne sert à rien, qu'ils ne sont pas des terroristes, certains s'en vont, mais la plupart du temps cela se passe bien" assure David Legrand, le chef d'équipe d'Escort Securité. Roger, un orléanais dans la file d'attente, n'est clairement pas convaincu de l'efficacité de ces fouilles : "il faudrait un portique, comme dans les aéroports. Là si vous voulez faire entrer un couteau, vous le faites, ça passera"

Les couteaux et les objets tranchants confisqués

En réalité, Valérie Juigné et son collègue Florian Lecoeuvre, ont pour consigne de confisquer tout objet qui pourrait s'avérer dangereux. "Des couteaux, des ciseaux, des cutters, on en confisque énormément" explique Florian. "Des bombes lacrymogènes, aussi. Tous ces objets qui pourraient servir d'armes par destination, en fait"