Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

Lydie et Jean-Marc Belleville vont devoir retirer ces panneaux
Lydie et Jean-Marc Belleville vont devoir retirer ces panneaux © Radio France - Margaux Stive

Des restaurateurs du Loiret doivent retirer leurs panneaux - que dit la loi sur pollution visuelle ?

Diffusion du jeudi 2 novembre 2017 Durée : 2min

Dans le Loiret, plusieurs commerçants sont très inquiets. La loi les oblige à retirer leurs panneaux publicitaires le long des routes pour lutter contre la pollution visuelle. Mais pourquoi les petits commerçants sont-ils si remontés contre ce texte ? C'est notre décryptage.

Plusieurs commerçants du Loiret ont reçu une lettre de la préfecture ces derniers jours qui les met très en colère. Ils doivent retirer tous les panneaux qui indiquent leur commerce sous peine d'amende.

Pour trouver le restaurant "La barbe grise" à Coullons, il faut de bons yeux, et un peu de patience. Le restaurant est en bordure d'une route départementale, et il n'est pas facile à trouver. Pour aider les clients, des routiers surtout, à trouver leur chemin, les patrons, Lydie et Jean-Marc Belleville ont installé 6 panneaux sur le bord de la route. Mais il y a 15 jours la préfecture a demandé au couple de les retirer sous peine d'amende : 205 euros par jour et par panneaux.

C'est une loi, votée en 2010 pendant le grenelle de l'environnement qui interdit à Lydie et Jean-Marc de laisser leurs panneaux. Une loi contre la pollution visuelle, c'est à dire contre tous ces panneaux qui remplissent les bords des routes, et qui indiquent le chemin pour trouver les commerces. C'est ce que l'on appelle des "pré-enseignes".

Le texte distingue deux types de zones. D'un côté les communes de plus de 10 000 habitants, et celles qui sont juste à côté des grandes villes. Là les panneaux sont autorisés. En revanche pour les communes plus isolées et qui ont moins de 10 000 habitants, comme Coullons par exemple, les panneaux sont interdits. La loi estime qu"ils ne sont pas esthétiques et surtout qu'ils ne sont pas conformes au code de la route.