Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

Les 11 réfugiés accueillis à l'Afpa d'Olivet dans le cadre du programme Hope
Les 11 réfugiés accueillis à l'Afpa d'Olivet dans le cadre du programme Hope © Radio France - François Guéroult

En quoi consiste le programme Hope qui bénéficie à 11 réfugiés accueillis à l'Afpa d'Olivet ?

Diffusion du mercredi 31 janvier 2018 Durée : 3min

Dans le décryptage de France Bleu Orléans ce matin, gros plan sur le programme "Hope" : un programme d'intégration pour des réfugiés - programme qu'expérimente notamment l'AFPA d'Olivet.

Hope, cela signifie bien sûr "espoir" en anglais, mais c'est aussi un acronyme pour Hébergement, Orientation et Parcours vers l'emploi. C'est en fait un accord cadre qui a été signé en mai 2017, notamment entre l'Etat, Pôle Emploi et l'office français de l'immigration. Objectif : mettre en place une offre de parcours de formation professionnelle pour 1 000 réfugiés - c'est-à-dire des personnes qui ont obtenu le statut de réfugiés et qui ont donc vocation à rester en France. C'est l'Afpa, l'Agence de formation professionnelle des adultes, qui s'en charge - et c'est assez logique explique Valérie Girard, la directrice de l'Afpa d'Olivet : "C'est dans les gênes et dans l'ADN de l'Afpa puisque lors de la guerre d'Espagne, l'Afpa avait déjà accueilli et formé des réfugiés." C'est ainsi que l'Afpa d'Olivet, depuis la semaine dernière et dans le cadre de ce programme Hope, accueille et héberge 11 réfugiés : 6 Afghans, 4 Soudanais et 1 Syrien.

Alors dans la pratique, comment se passe cette formation ?

Il y a d'abord 3 mois consacrés à l'apprentissage du français, puis 6 mois en alternance au sein du groupe Auchan comme "employé commercial de magasin" - en gros la réception et la mise en rayon des marchandises. Un métier pour lequel la grande distribution a du mal à recruter, reconnaît Marina Bouyer, responsable ressources humaines chez Auchan Olivet, "Effectivement, c'est une réponse à une problématique de recrutement, mais ce n'est pas la principale raison qui nous pousse dans ce dispositif. C'est la première fois qu'il y a des réfugiés intégrés à Auchan Orléans, on souhaite vraiment s'engager dans cette démarche pour une vraie réussite au bout, l'idée c'est qu'il y ait un CDI à la clé, que nous on soit satisfaits et la personne qu'on recrute tout autant."

Au passage l'Afpa devra régler une problématique importante : celle de la mobilité. "C'est un métier où vous commencez à 4h du matin, il n'y a pas de transport en commun à cette heure-là, souligne Valérie Girard. Nous sommes en train de travailler pour trouver des vélos, notamment des vélos électriques, et il faudra préparer les réfugiés à cette mobilité en leur faisant passer un brevet de sécurité routière." En tout cas, les réfugiés retenus pour ce programme sont ravis, à l'image de Reyad, un Soudanais de 27 ans : "J'ai toujours rêvé de rester dans mon métier, parce que dans mon pays, au Soudan, j'étais vendeur. J'espère apprendre beaucoup les mois prochains, surtout le français, c'est très très important."

Le contrat d'apprentissage prévoit une rémunération de 300 à 400 euros par mois (l'Afpa assurant l'hébergement et la restauration en semaine). Au total, 37 réfugiés bénéficient de ce programme en région Centre Val de Loire : le autres sont accueillis à Chartres pour une formation industrielle, et à Tours, pour la même formation d'employé commercial.