Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

Le bain de foule du Premier Ministre Edouard Philippe à Orléans
Le bain de foule du Premier Ministre Edouard Philippe à Orléans © Radio France - Anne Oger

La communication très maitrisée du Premier Ministre Edouard Philippe aux Fêtes Jeanne d'Arc d'Orléans

Diffusion du mercredi 9 mai 2018 Durée : 3min

Le Premier Ministre Edouard Philippe, invité d'honneur des Fêtes Jeanne d'Arc à Orléans, s'est offert une longue séance de poignées de mains et de courts échanges avec les spectateurs. Rien d'inhabituel mais un accueil chaleureux qui collait parfaitement à une opération de communication très rodée

N'importe quel observateur de la politique et des Fêtes Jeanne d'Arc à Orléans vous le dira : rien de mieux qu'un titre d'invité d'honneur et une place dans le cortège, quand on est un haut personnage de l'Etat, pour se faire du bien, surtout quand par ailleurs on fait face à une vague de contestations sociales. Aux Fêtes Jeanne d'Arc d'Orléans, traditionnellement, il n'y a rien de tout ça, jamais ou presque. Les quelques militants de la CGT venus tenter leurs chances derrière les barrières, pour tenter de parler de la SNCF avec le Premier Ministre, sont vite écartés. Et dans la foule on entend plutôt des "Edouard on t'aime ! Continuez vous êtes superbes, surtout ne lâchez rien"

C'était pareil avec Stéphane Bern, il était très gentil aussi

Rien d'inhabituel ici, les spectateurs des Fêtes Jeanne d'Arc à Orléans sont ce qu'on pourrait appeler de bons clients. Disciplinés derrières leurs barrières, enthousiastes. Mais pour relativiser, ils le sont avec n'importe quel invité, comme le raconte Jennifer : "C'était pareil avec Monsieur Stéphane Bern, il était très gentil et lui aussi avait pris du temps pour nous faire des dédicaces"

Comme Emmanuel Macron en 2016

A peine quelques spectateurs osent-ils parler retraites, mais de toute façon la nature du parcours, long et avec un timing quand même limité, ne laisse pas place aux discussions. Clairement l'exercice, c'est de serrer le plus de mains possible et de repartir avec une bonne dose d'encouragements. Peut-être Emmanuel Macron avait-il expliqué à son Premier Ministre qu'il recevrait cet accueil à Orléans, puisqu'il l'avait vécu en 2016 alors qu'il n'était pas encore candidat à l'élection présidentielle. En tout cas, visiblement Edouard Philippe a largement apprécié cette séquence.

Un bain de foule mais une communication très limitée avec les journalistes

Là non plus rien d'inhabituel quand on connaît le fonctionnement du gouvernement Philippe et de l'Elysée, tenir les médias à distance c'est désormais une marque de fabrique de la macronie, d'Edouard Philippe, et d'Emmanuel Macron. Dans ce qu'on appelle le pool, le groupe de journalistes autorisés à se trouver au plus près du Premier Ministre, personne n'a la moindre chance de lui poser une question, la moindre tentative est vite découragée. On aurait bien aimé lui demander s'il avait apprécié, s'il repartait d'Orléans rassuré sur sa popularité. Mais non, rien à faire, visiblement le choix c'est de maîtriser les sons et les images, et de n'accorder aucune place aux questions plus politiques.

Les médias écartés à des moments clefs de la cérémonie

Au point d'empêcher les preneurs de sons d'enregistrer le traditionnel échange entre l'invité d'honneur et Jeanne d'Arc, sur son cheval, avant les discours. C'est souvent un moment émouvant, mais cette fois tout le monde en a été écarté. Il ne fallait que les images. Et pourtant, ces mots ils étaient importants, dans le contexte de cette année, ces insultes racistes lancées sur les réseaux sociaux contre Mathilde, la jeune fille qui incarnait Jeanne. Edouard Philippe l'a d'ailleurs personnellement saluée, dans son discours. C'est tout ce qu'on saura, jamais depuis que France Bleu Orléans couvre les Fêtes Johanniques, les journalistes n'avaient été à ce point tenus à distance. Le nouveau monde, sans doute.