Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

Une agence Pôle Emploi (photo d'illustration)
Une agence Pôle Emploi (photo d'illustration) © Maxppp - Christophe Morin

La formation, vraie solution pour retrouver un emploi ?

Diffusion du mardi 5 juin 2018 Durée : 3min

Pôle Emploi et la région Centre Val de Loire organisent toute cette semaine l'opération "une journée pour une formation" à destination des demandeurs d'emploi. L'objectif : présenter les 26 000 places disponibles en formation, et convaincre que c'est le meilleur moyen de retrouver un emploi

Selon les statistiques établies par Pôle Emploi, six demandeurs d'emploi qui ont suivi une formation sur dix, retrouvent un travail dans les six mois. A condition qu'elle corresponde aux besoins de main d'oeuvre, aux intentions d'embauche des entreprises, et donc qu'elles se situent dans des secteurs en tension. "Pôle Emploi finance chaque année des actions de formation au plus près des besoins de formation de son territoire, elles correspondent aux besoins de recrutement des entreprises" précise Françoise Deschamps, responsable d'équipe à l'agence Orléans Nord.

A Montargis, aide à domicile plutôt que bûcheron 

Ces besoins, pour commencer à orienter ses recherches en matière de formation et d'orientation, on peut facilement trouver sur le site internet de Pôle Emploi, les besoins de main d'oeuvre par bassin d'emploi y sont détaillés. Dans celui de Gien par exemple, une formation d'agent d'entretien ou d'aide-soignant sera sans doute plus efficace qu'apprendre un métier dans l'industrie. A Montargis ce sera l'aide à domicile plutôt que bûcheron, à Pithiviers viser le métier de manutentionnaire, plombier, soudeur, plutôt que comptable. A Orléans, conducteur de bus, agent de sécurité, ou bien développeur, technicien dans l'informatique.

Ca n'est pas du tout vers l'informatique que j'aurais aimé m'orienter, mais je me rends compte que ça n'est pas si compliqué que ça

Car les métiers du numérique recrutent, et c'est une des offres de formation que Pôle Emploi met le plus en avant en ce moment. A travers, pour commencer, des ateliers pour bien expliquer aux demandeurs d'emploi que ce secteur n'est pas réservé aux intellos, aux hauts niveau d'études. Là-dessus il y a encore beaucoup à faire, mais en sortant d'un de ces ateliers, Abdullah Motia, 25 ans, niveau bac, est plutôt convaincu : lui qui visait plutôt une formation dans le domaine du droit, des lettres, se dit qu'il est temps d'envisager autre chose, et ça lui fait moins peur : "Il faut s'adapter aux besoins du marché, donc pour ne pas rester au chômage, il faut changer et se former. Ca n'est pas du tout vers l'informatique que j'aurais aimé m'orienter, mais je me rends compte que c'est passionnant et pas si compliqué que ça"

Le financement d'une formation, le nerf de la guerre

Alors que faire si l'on veut quand même apprendre le métier de bûcheron, plutôt que celui de développeur informatique ?  A Pôle Emploi, on vous jure que c'est possible, que vos aspirations seront entendues. Mais la règle donnée aux agents, c'est quand même d'expliquer aux demandeurs d'emploi qu'il vaut mieux se former à des métiers qui recrutent. Il faudra donc les convaincre que votre projet tient la route. Ils pourront alors vous aider à trouver des financements, car votre formation ne sera pas forcément prise en charge par Pôle Emploi. Beaucoup d'aides existent, mais il faut se donner du temps, car votre dossier passera devant des commissions, avec un risque de refus. Pour Betty Segouin, directrice des études au CNAM, le conservatoire national des arts et métiers, "ça peut être l'occasion de réfléchir à son projet professionnel, à son avenir. Car ce genre de projet, cela se construit"