Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

La tribune d'honneur devant la cathédrale d'Orléans (photo d'illustration)
La tribune d'honneur devant la cathédrale d'Orléans (photo d'illustration) © Radio France - Eric Normand

Le Premier Ministre Edouard Philippe préside les Fêtes Jeanne d'Arc : les précédents à Orléans

Diffusion du mardi 8 mai 2018 Durée : 4min

Dans le décryptage de France Bleu Orléans on s'intéresse à celui qui préside l'hommage officiel à Jeanne d'Arc ce mardi 8 mai. C'est Edouard Philippe, le Premier Ministre. Le deuxième personnage de l'Etat dans la Constitution. D'autres sont venus avant lui.

Depuis l'après-guerre, Edouard Philippe est seulement le 4ème Premier Ministre à présider les Fêtes Jeanne d'Arc à Orléans. Le général de Gaulle en avait envoyé deux, Michel Debré en 1960, et Georges Pompidou en 1963. Et Michel Rocard, premier ministre de François Mitterrand, était venu en 1990. Le message et le symbole sont donc forts, et c'est voulu, après les insultes racistes contre la jeune Mathilde, qui figure Jeanne d'Arc cette année. L'un des plus hauts représentants de l'Etat vient rappeler que Jeanne d'Arc n'appartient pas aux racistes, aux intolérants. 

En 1990 Michel Rocard a voulu répondre à l'extrême-droite qui cherchait à s'approprier Jeanne d'Arc, des militants étaient venus perturber son discours

Le père de Mathilde, Patrice Edey Gamassou, avait demandé à Emmanuel Macron de le faire, c'était il y a quelques semaines au micro de France Bleu Orléans, finalement ce sera son premier ministre, mais le symbole est presque tout aussi fort. On peut d'ailleurs se souvenir qu'il y a 18 ans Michel Rocard, le dernier chef de l'exécutif à avoir présidé les Fêtes, avait déjà eu affaire à l'extrême-droite. Mais d'une certaine manière, comme le raconte Jean-Pierre Sueur, le maire socialiste de l'époque, qui l'avait invité, il l'avait, volontairement un peu cherché, à une période où les leaders de l'extrême-droite, voulaient s'approprier Jeanne d'Arc : "il avait prévenu dans la presse qu'il allait leur répondre, alors quelques militants sont venus en car, se sont installés dans les tribunes, et pendant son discours, l'ont interpellé. Mais Michel Rocard ne s'est pas démonté, il leur a répondu".

Mitterrand et Malraux ont parlé "unité nationale" et des "visages de Jeanne"

Alors Edouard Philippe parlera sûrement d'unité nationale et de vivre-ensemble, comme d'autres l'ont fait avant lui, même si les mots ne seront pas les mêmes, le vocabulaire a changé. Mais l'esprit, sans doute, sera celui-ci, la réponse à l'intolérance, et à Orléans, aux Fêtes Jeanne d'Arc, elle a un poids tout particulier. François Mitterrand, par exemple, en 1982, l'année suivant son élection, était venu parler d'unité nationale, comme le montre ce reportage d'Antenne 2, une archive de l'Ina.

André Malraux, 20 ans plus tôt, ministre de la Culture de De Gaulle, en 1961, avait évoqué ce thème, lui aussi, avec son éloquence si particulière. Voici une archive présentée à l'Historial de Rouen.

Le message du Premier Ministre, sa capacité à rester dans l'histoire, à entrer, aussi, dans l'esprit de ces Fêtes bien particulières, c'est tout ça, l'enjeu.