Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

Le nouveau Cap Saran, quelques heures avant son inauguration hier
Le nouveau Cap Saran, quelques heures avant son inauguration hier © Radio France - François Guéroult

Les créations de surfaces commerciales dans la métropole d'Orléans : vers la saturation ?

Diffusion du mercredi 25 avril 2018 Durée : 3min

A l'occasion de l'ouverture de l'extension de Cap Saran ce matin, on s'interroge sur l'évolution des surfaces commerciales dans la métropole orléanaise : va-t-on vers une saturation ? C'est l'objet de notre décryptage sur France Bleu Orléans.

Premier constat : depuis 2010, 80 000 mètres carrés de surfaces commerciales ont été créées sur la métropole orléanaise. Dont la moitié concentré sur 3 sites : Cap Saran, Belles Rives à Chécy, et les Quinze-Pierres à St Pryvé St Mesmin... Si on raisonne à l'échelle de l'aire urbaine, on en est même à 135 000 mètres carrés supplémentaires, dont notamment Ikéa à Ardon... Mais + de surfaces commerciales ne signifie pas forcément + de chiffre d'affaire... Une étude de la CCI du Loiret est à cet égard révélatrice, elle concerne le secteur de l'équipement de la personne : de 2008 à 2013, le nombre de mètres carrés dans ce secteur a augmenté de 26% dans le département, mais le chiffre d'affaire a reculé de 7% ! L'une des raisons, bien sûr, c'est la concurrence d'Internet - même si Christel Garcia, la directrice de Cap Saran, affirme que les centres commerciaux ont encore des arguments à faire valoir : "Personnellement, moi, je ne trouve qu'il n'y a rien de mieux que de toucher les produits et de les tester ; en plus de ça, dans ces concepts de magasins, on vit une expérience, par exemple des cours de cuisine, rencontrer des gens passionnés qui vont vous conseiller - et, ça, Internet ne pourra jamais le faire."

Reste une réalité : le e-commerce a bel et bien explosé en France : + 675% de chiffre d'affaire  en 10 ans (2005-2015).

Dans ce contexte, peut-on continuer sur le même rythme de créations de surfaces commerciales sur la métropole orléanaise ?

La réponse est clairement non, on la trouve dans une étude réalisée en 2016 par le cabinet Bérénice pour Orléans métropole.  "L'offre actuelle apporte une réponse largement suffisante, voire supérieure aux besoins de consommation des ménages du territoire", peut-on lire... Et plus loin : "la saturation des marchés va en s'accentuant et pourrait mener à une forte baisse de rendement pour les commerces en place aujourd'hui". Du coup, le prochain document d'aménagement artisanal et commercial (DAAC) de la métropole pourrait être très restrictif : Jacques Martinet, le maire de St Denis-en-Val et responsable du dossier, souhaite qu'on y écrive noir sur blanc qu'"aucun nouveau mètre carré ne verra le jour sur le terrain métropolitain dans les prochaines années". Ce n'est pas forcément la bonne méthode, estime Maryvonne Hautin, le maire de Saran : "Je ne sais pas s'il faut réagir comme ça, et dire de manière aussi rigide "faut stopper." Bien sûr, il faut qu'on se pose, parce que de toute façon, quand les gens ont 100 euros à dépenser, ils n'en ont pas 150 ou 200... Mais figer les choses de manière aussi raide qu'on l'envisage aujourd'hui, ce n'est peut-être pas la solution car ce sont des documents extrêmement lourds à modifier : si, à un moment, il y a des possibilités, attention à ce qu'on ne soit pas bloqué dans ce qu'on veut faire."

Ce document est encore en cours d'élaboration, dans le cadre du schéma de cohérence territoriale.