Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

Le bateau traditionnel offert par la ville de Yangzhou à Orléans à l'occasion du festival de Loire en septembre 2017
Le bateau traditionnel offert par la ville de Yangzhou à Orléans à l'occasion du festival de Loire en septembre 2017 © Radio France - Anne Oger

Partenariat Orléans-Yangzhou : où en est-on, 2 ans après ?

Diffusion du mardi 9 janvier 2018 Durée : 3min

Alors qu'Orléans vient de signer un partenariat avec la ville américaine de la Nouvelle-Orléans, où en est le partenariat avec la ville chinoise de Yangzhou, validé il y a 2 ans ? C'est l'objet du décryptage de France Bleu Orléans ce matin.

Un partenariat peut en cacher en autre... La semaine dernière a été conclu le nouveau jumelage qui unit désormais Orléans et la Nouvelle Orléans. Mais ça ne doit pas faire oublier qu'un autre partenariat a été lancé il y a déjà 2 ans, entre Orléans et Yangzhou ! L'accord de coopération avec cette ville chinoise de 4,5 millions d'habitants a été signé en novembre 2015, puis validé par le conseil municipal d'Orléans en décembre 2015.

Où en est-on, 2 ans après ?

Les choses avancent, affirme la ville d'Orléans. Pourtant, concrètement, les réalisations semblent assez minces... Une vingtaine d'élèves du lycée St Charles et autant du collège Jean Rostand ont effectué un voyage scolaire en Chine, un chef orléanais a été invité au salon international de la gastronomie de Yangzhou en 2016, Yangzhou a offert un bâteau à la ville d'Orléans qui ne sait pas trop quoi en faire, et symboliquement le Nouvel An chinois est désormais fêté place du Martroi, ce qui coûtera 40 000 euros à la ville d'Oléans cette année. Quant au tourisme, qui devait être le grand volet de cette coopération, le seul résultat tangible pour l'instant c'est la réalisation d'un guide des bonnes pratiques pour accueillir les touristes chinois, guide présenté aux commerçants orléanais en juillet dernier. Mais c'est un pas décisif, affirme Olivier Carré, le maire d'Orléans : "On est vraiment parti d'une page blanche avec une demande du gouvernement chinois aux différentes villes qu'il fallait créer un référentiel pour que les Chinois qui viennent en Europe soient bien accueillis et qu'il y ait une standardisation de cette alliance. Après, sur le tourisme à Orléans, on revient de très loin, tout est à construire, ce qu'on est en train de faire, c'est de faire en sorte que les touristes chinois passent par Orléans et qu'après ils aillent à Chambord et à Beauval qui sont des destinations importantes pour eux."

A terme, les professionnels orléanais qui adopteront ces bonnes pratiques bénéficieront d'un logo franco-chinois. Et dès février une salariée de l'office de tourisme d'Orléans travaillera à temps plein sur ces questions-là.

Un bilan plutôt maigre aux yeux de l'opposition orléanaise

C'est notamment le sentiment de la conseillère municipale socialiste Corinne Leveleux-Teixeira : "Pour l'instant, on reste sur notre faim. C'est un partenariat qui a l'air un peu glamour sur la photo, mais il n'y pas de retombées sur Orléans et on ne sent pas une adhésion populaire car la Chine reste un objet lointain. Plus globalement, Orléans n'investit pas suffisamment la question des villes jumelles, je trouve cette présence internationale peu sensible sur le territoire orléanais." Autre interrogation : le volet économique de cette coopération. Le partenariat prévoit "la création de parcs et de plateformes économiques thématiques pour accueillir et accompagner les entreprises désirant développer leurs activités sur les marchés asiatique et français" . C'est paraît-il en cours d'élaboration.