Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

La mairie d'Orléans accueille des conseils municipaux de plus en plus courts
La mairie d'Orléans accueille des conseils municipaux de plus en plus courts © Radio France - Anne Oger

Pourquoi les conseils municipaux à Orléans sont-ils de plus en plus courts ?

Diffusion du mardi 15 mai 2018 Durée : 3min

Dans le décryptage ce matin, on se pose cette question : pourquoi le conseils municipaux à Orléans sont-ils de plus en plus courts ?

30 minutes le mois dernier, 1 heure 20 hier : les élus orléanais vivent désormais des conseils municipaux express... Le temps des marathons où on pouvait dépasser les durées de 6 heures semble appartenir à un lointain passé - pas si lointain que ça en fait : l'évolution correspond à l'arrivée d'Olivier Carré comme maire d'Orléans... Simple coïncidence, jure-t-il, il faut surtout y voir la conséquence du passage en métropole : "Beaucoup de sujets aujourd'hui sont traités dans le cadre de la métropole, et c'est vrai qu'aujourd'hui les conseils municipaux amènent moins de débats. Après, vous savez, les postures politiciennes dans les conseils municipaux...

Une réponse qui ne convainc pas vraiment Jean-Philippe Grand, conseiller municipal écologiste : "Non, parce qu'aujourd'hui, les débats lors des conseils métropolitains sont assez rares également ! En fait, avec les conseils municipaux qui ont lieu le lundi après-midi, des commissions qui ont de moins en moins matière à travailler, on s'aperçoit que ces espaces d'échanges et de débats sont de plus en plus restreints." Et de rappeler aussi que le conseil municipal n'est plus filmé depuis janvier 2015, il n'est donc plus disponible sur Internet, ce qui limite d'autant l'aspect tribune qu'offrait l'hémicycle.

Pour autant faut-il parler d'une monarchie municipale, comme l'a écrit l'opposition ?

Formule employée dans le billet écrit par le groupe socialistes, verts et apparentés dans le magazine municipal "Orléans mag".. C'est une provocation, précise Jean-Philippe Grand : "C'est une alerte que l'on lance, donc on le fait aussi d'un manière à piquer au vif Olivier Carré et son équipe pour leur faire comprendre qu'on a besoin de ces débats. On a bien conscience de la tension qu'il pouvait y avoir dans certains conseils municipaux autrefois, et que ça pouvait déranger la majorité mais ce qu'on considère nous, c'est que tous les sujets doivent être abordés : très clairement, aujourd'hui, ce n'est pas le cas."

De son côté, Olivier Carré assure que des débats, il y en a, mais ils ne sont pas visibles car ils ont lieu en amont, lors de la préparation des conseils... Il souligne aussi que c'est lui qui a fait entrer les maires de gauche parmi les vice-présidents de la métropole, ce qui ne correspond pas vraiment à une démarche monarchique : "A la métropole, les communes de gauche votent les budgets que présente un président, que je suis, de droite, et ce n'est pas parce que tout le monde est d'accord avec moi ! Cela se fait dans un cadre qui ne cherche pas le consensus mais qui cherche les éléments qui nous fédèrent : ces débats ont lieu en interne, et je peux vous assurer qu'ils ont lieu, et après on trouve les solutions et on avance, au-delà de nos étiquettes." Olivier Carré rappelle enfin que dans certaines villes, le conseil municipal ne se réunit qu'une fois par trimestre... Et qu'à Orléans, il tient à garder ce rendez-vous mensuel.