Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

En moyenne, à temps de travail équivalent, les femmes gagnent 18% de moins que les hommes en région Centre Val-de-Loire
En moyenne, à temps de travail équivalent, les femmes gagnent 18% de moins que les hommes en région Centre Val-de-Loire © Radio France - François Guéroult

Pourquoi y a-t-il toujours un écart de salaires entre les femmes et les hommes en région Centre Val-de-Loire ?

Diffusion du jeudi 8 mars 2018 Durée : 2min

Selon l'INSEE, à temps de travail équivalent, le femmes gagnent 18% de moins que les hommes en région Centre Val-de-Loire. Pourquoi un tel écart ? C'est l'objet ce matin du décryptage de France Bleu Orléans.

Cela fait 35 ans que la loi d'Yvette Roudy garantit le principe "à travail égal, salaire égal". C'est pourtant loin d'être le cas... Selon l'INSEE, en région Centre Val-de-Loire, pour le même temps de travail, le salaire annuel net moyen des femmes est inférieur de 18% à celui des hommes - l'écart est de 19% au niveau national. Ce chiffre s'explique en partie par un effet de structure : le femmes travaillent davantage dans des secteurs d'activité moins rémunérateurs que les hommes, explique Vincent Bernard, chef du service des études à l'INSEE Centre Val-de-Loire : "Par exemple, les femmes sont sur-représentées dans le domaine des aides à la personne. C'est typiquement un secteur où il y a moins d'emplois de cadres et de professions intermédiaires, et davantage de statuts d'employés. Donc, structurellement, dans ce type de secteur, la rémunération est moins importante."

A cela s'ajoute le parcours de vie qui impacte le parcours professionnel... C'est notamment l'arrivée des enfants : "Au fond, à chaque enfant, les femmes travaillent moins, analyse Vincent Bernard. On augmente de 3 points le temps partiel chez les femmes au premier enfant, de 6 points au deuxième enfant, et l'inactivité, le retrait du marché du travail, triple au troisième enfant. Chez les hommes, il n'y a au contraire aucun effet ou presque. L'arbitrage au sein des ménages est quasiment systématiquement au détriment de la femme." Or même si la femme reprend un temps complet une fois que s'élève l'âge de l'enfant, elle ne rattrape jamais la progression de salaire d'un homme dont le parcours professionnel est continu. Ainsi, à 25 ans, une femme gagne en moyenne et par an 1 000 euros de moins qu'un homme ; à 55 ans, le différentiel est de 8 000 euros par an...

Mais ce qui est inquiétant que ces effets structurels n'expliquent pas tout...   

Si on enlève ces facteurs, l'écart de salaires entre les femmes et les hommes est estimé entre 10 et 12%. Ce noyau dur peut en partie être lié aux primes que touchent davantage les hommes, mais la vraie raison n'est pas économique, estime Vincent Bernard : "En réalité, on est dans la discrimination. Les employeurs peuvent consciemment ou non pratiquer une différenciation nette entre les hommes et les femmes." Et s'il y a discrimination, on comprend pourquoi cet écart de salaire résiste au temps : sur les 15 dernières années, l'écart n'a reculé que de 1,5 point. A ce rythme, si rien ne bouge, il faudra attendre le XXIIIème siècle - l'année 2 280- pour que cet écart disparaisse enfin....