Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

Depuis 2015, l'opposition ne compte plus que 6 membres sur les 42 élus du Département du Loiret
Depuis 2015, l'opposition ne compte plus que 6 membres sur les 42 élus du Département du Loiret © Radio France - François Guéroult

Y-a-t-il encore une opposition au sein du Département du Loiret ?

Diffusion du mardi 14 novembre 2017 Durée : 3min

Dans le décryptage de France Bleu Orléans ce matin, cette question : y a-t-il encore une opposition au sein du conseil départemental du Loiret ?

Hier, le centriste Marc Gaudet a été élu sans surprise président du Département, l'opposition a voté blanc et n'a même pas présenté de candidat. Une petite phrase dans le discours du socialiste Christophe Chaillou hier en a dit long : "Je suis parfois nostalgique des échanges et des confrontations que nous avions à l'époque d'Eric Doligé"... Eric Doligé a présidé le Département pendant 21 ans, en revendiquant clairement son positionnement à droite.. Il est vrai que son successeur en 2015, Hugues Saury, bien que de la même famille politique, a davantage cherché le consensus. Ce dont se réjouit le socialiste Michel Breffy : "Je vivais mal ces affrontements ; désormais, chacun participe à l'effort commun envers les Loirétains, tout en gardant sa sensibilité, on n'a pas oublié par qui on a été élu ; mais avoir fait évoluer le fonctionnement entre la droite et la gauche c'est quelque chose de très bien". Une situation qui va donc se poursuivre avec Marc Gaudet, qui est peut-être encore + consensuel que ne l'était Hugues Saury...

Cela dit, cette évolution n'est pas qu'une question de personnalités !

Oui il y a d'abord une réalité comptable : depuis 2015, l'opposition ne compte que 6 élus - dans une assemblée de 42 membres, ce n'est pas facile de se faire entendre... Et puis il y a surtout eu en 2015 la réforme territoriale (la loi Notre), qui a fait perdre au Département sa compétence en matière économique, et ça ça change tout, souligne Eric Doligé, car "l'économie permettait à chacun de défendre sa vision de la société, et donc d'avoir des positions tranchées". Alors l'heure du consensus a-t-elle définitivement sonné au sein du Département du Loiret ? Il reste encore au moins une voix dissonante, celle de l'écologiste Thierry Soler, qui trouve qu'"il y a des besoins criants en matière sociale", et qui ne comprend pas pourquoi, dès lors, le Département s'entête dans "le projet de déviation de Jargeau, qui va représenter à lui seul 100 millions d'euros d'investissement". Thierry Soler, qui a été le seul conseiller départemental à voter contre le budget 2017 du Loiret l'an passé...