Toutes les émissions

Le Décryptage de FBO

Du lundi au vendredi à 7h20

C'est à Gidy que le Médiator a été fabriqué de 1976 à 2009
C'est à Gidy que le Médiator a été fabriqué de 1976 à 2009 © Radio France - François Guéroult

Décryptage : pourquoi la justice est-elle si lente dans l'affaire du Médiator ?

Diffusion du mercredi 6 septembre 2017 Durée : 6min

Le décryptage de FB Orléans consacré ce matin à l'affaire du Médiator. On a appris hier le renvoi en correctionnelle des laboratoires Servier et de l'Agence du médicamen, la perspective d'un grand procès se rapproche. Retour sur cette procédure-fleuve qui a commencé en... 2010 !

2010 : pour la justice c'est le début de l'affaire du Médiator, avec le dépôt des premières plaintes. Le Médiator, ce médicament anti-diabétique prescrit et utilisé comme coupe-faim, et fabriqué pendant 33 ans dans l'usine de Gidy, près d'Orléans... Jusqu'à son retrait du marché en 2009 - 145 millions de boîtes vendues à 5 millions de patients en France. On sait désormais que le médicament multipliait par 4 le risque de lésion des valves cardiaques. La denière expertise évalue entre 1 500 et 2 100 le nombre de décès causés par le Médiator. Les laboratoires Servier sont soupçonnés d'avoir dissimulé la véritable nature du médicament et donc d'avoir sciemment sous-estimé les risques. La question de la responsabilité de l'Agence nationale de sécurité du médicament est également posée puisque les premières alertes sanitaires datent des années 90....

Le problème, c'est que cette affaire a longtemps donné l'impression d'un véritable enlisement judiciaire...

Pourtant dès septembre 2011 tombent les premières mises en examen au Pôle Santé du tribunal de grande instance de Paris... Mais les avocats des laboratoires Servier vont multiplier les recours et les demandes d'expertise pour retarder l'instruction. A tel point que certains avocats de victimes décident de choisir une autre procédure : celle de la citation directe, qui permet un procès rapide. C'est ainsi qu'une première tentative de procès a lieu, en mai 2012, devant le tribunal correctionnel de Nanterre, avec 600 victimes, et en présence de Jacques Servier, alors âgé de 90 ans, et défendu par Maître Hervé Témine.

Mais l'audience tourne court : une seule journée. Les avocats de l'entreprise pharmaceutique réussissent à faire capoter le procès : on ne peut pas juger un homme 2 fois pour les mêmes faits, et c'est ce qui risquait d'arriver puisque l'instruction ouverte à Paris se poursuivait... Cette fois-ci, ce devrait donc être la bonne. Même si la défense du groupe Servier peut encore faire traîner la procédure, en contestant le renvoi en correctionelle, le procès du Médiator devrait enfin avoir lieu à Paris, fin 2018 au + tôt. Mais avec une grosse différence : l'absence de Jacques Servier, qui est décédé il y a 3 ans.