Le dossier de France Bleu Paris

Police. Photo d'illustration
Police. Photo d'illustration © Maxppp - Maxppp

"Il y a eu du sang, des gens à l'hôpital" : les rixes entre bandes rivales inquiètent les policiers

Diffusion du mardi 2 juillet 2019 Durée : 5min

Plusieurs rixes ont éclaté le week-end dernier en Ile-de-France. France Bleu Paris revient sur ce phénomène qui inquiètent de plus en plus les syndicats de policiers.

Le week-end dernier a été marqué par plusieurs rixes entre jeunes notamment à Villecresnes (Val-de-Marne), ainsi qu'à Rosny-sous-Bois et Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis).

Des bagarres à coups de marteau, lacrymo et batte de baseball

Samedi en fin d'après-midi, des jeunes originaires de l'Essonne auraient tenté d'entrer dans la piscine de Villescrenes (Val-de-Marne), quand ils ont été repoussés par d'autres jeunes du 94. Les deux groupes se retrouvent quelques heures plus tard devant la piscine et se battent. L'un d'entre eux, roué de coups, a dû être hospitalisé _"entre la vie et la mort"_. Opéré d'un traumatisme crânien, le garçon de 15 ans  est finalement sorti du coma lundi.

Règlement de comptes

Dans la nuit de dimanche à lundi, un groupe de jeunes originaires de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) est allé en découdre avec une bande rivale, au Pré Gentil à Rosny-sous-Bois,  commune du même département. Une cinquantaines de jeune armés de couteaux, de battes de baseball et matraques se sont affrontés. Un adolescent de 18 ans a été hospitalisé après avoir été blessé à la tête par un coup de marteau. Tout serait parti d'une soirée d'anniversaire la veille qui s'est mal passée et il était question de se venger, nous expliquent des jeunes croisés en bas d'un immeuble à la cité des Fauvettes à Neuilly-sur-Marne.

Suivre le groupe

L'un d'entre eux, âgé de 17 ans, avoue - presque fièrement - avoir participé à cette bagarre générale. "Il y a eu du sang et des gens à l'hôpital", raconte le garçon.  Il a encore des marques rouges sur ses bras. "J'ai vu la foule y aller, et j'ai suivi", reconnaît-il. "Tout le monde doit venir, on y va ensemble", ajoute son ami pour expliquer l'effet de groupe. Les deux amis admettent que les mobiles sont souvent futiles : "un regard de travers, une histoire de fille, des trucs de famille..." 

Les habitants, craintifs, refusent pour la plupart de s'exprimer au micro que ce soit à Neuilly-sur-Marne, mais aussi au Pré Gentil à Rosny-sous-Bois. Là-bas, certains s'inquiètent de voir ces affrontements perdurer alors que le calme est en partie revenu ces dernières années. Ce lundi matin, ils se sont réveillés avec une voiture brûlée et d'autres dégradées en bas de leur immeuble. 

Pour Grégory Bouvier, représentant du syndicat SGP Police dans le Val-de-Marne, "le phénomène de rixes entre bandes a toujours existé mais c'est vrai que ces derniers mois et ces dernières semaines la violence est montée d'un cran". 

Mots clés