Toutes les émissions

Le dossier de France Bleu Paris

Les pâtisseries françaises se portent bien.
Les pâtisseries françaises se portent bien. - Salon de la pâtisserie.

Le salon de la pâtisserie, reflet de l'amour des Franciliens pour les douceurs

Diffusion du vendredi 14 juin 2019 Durée : 4min

Le rendez-vous gourmand du moment, c'est le salon de la pâtisserie à Paris ! La deuxième édition s'ouvre ce vendredi au parc des exposition Porte de Versailles. Environ 70 exposants sont là pour promouvoir le savoir-faire des professionnels français de la pâtisserie.

Le salon de la pâtisserie, c'est reparti à Paris. Environ 70 exposants sont présents sur 6 000 m2 au parc des expositions Porte de Versailles à partir de ce vendredi 14 juin jusqu'au lundi 17 juin. Le but : faire découvrir ou redécouvrir le savoir-faire de la pâtisserie française. De quoi ravir les amoureux du Paris-Brest, éclairs au chocolat ou autres choux à la crème. 

La gourmandise avant tout

Selon un sondage Opinion Way réalisé pour le salon de la pâtisserie, 60 % des Français achètent une pâtisserie au moins une fois par mois. Un constat ressenti à la sortie de plusieurs enseignes du 16e arrondissement de Paris, lors de la pause déjeuner. "L'éclair au chocolat, je crois que c'est ce que je préfère, raconte Maëlys, étudiante. Mais les tartes aux fraises et aux framboises sont aussi très bonnes", ajoute-t-elle en scrutant les douceurs dans une vitrine. "Je suis assez gourmande donc j'aime bien occasionnellement prendre une petite pâtisserie, avoir un gâteau pour le dessert," explique Clémence, autre étudiante. 

Au salon de la pâtisserie, Laurent Duchêne, meilleur ouvrier de France en 1994, observe cette passion au quotidien : "L'engouement de la pâtisserie date en France puisque à l'origine ce sont les gâteaux en famille du dimanche. Et cela s'est beaucoup démocratisé puisqu'on a une pâtisserie plus nomade, on prend un sandwich, on mange un petit gâteau. Et évidemment l'engouement avec les émissions de télévision sur la pâtisserie, cela a un effet énorme."

Le prix, un frein à l'achat ? 

Mais le prix parfois élevé des pâtisseries peut refroidir certains consommateurs. "C'est quand même très cher, avoue Angèle, à la sortie d'une enseigne parisienne. Cela dépend des boulangeries, mais payer une tarte aux fraises 38€ pour six personnes, j'ai trouvé ça excessif. C'était vraiment délicieux mais cela reste quelque chose de particulier comme une fête." 

Payer son éclair au chocolat 3€ oui, à condition d'avoir un gage de qualité répondent d'autres. "C'est un rapport qualité/prix, estime Clément, client. dans certaines pâtisseries on sait qu'on va payer plus cher mais on aura des produits de qualité. Le visuel déjà et une pâtisserie pas trop sucrée pour moi."

"C'est inconcevable de prendre un flan en grande-surface" — Clément, client d'une boulangerie-pâtisserie à Paris.

La qualité ce n'est pas du flan estiment certains consommateurs à la sortie des enseignes parisiennes. - Radio France
La qualité ce n'est pas du flan estiment certains consommateurs à la sortie des enseignes parisiennes. © Radio France - Mélanie Juvé
Le prix des pâtisseries peut refroidir certains consommateurs.  - Radio France
Le prix des pâtisseries peut refroidir certains consommateurs. © Radio France - Mélanie Juvé

Une qualité recherchée que remarquent les professionnels au salon de la pâtisserie. "Il est vrai que nos matières premières ont un coût non-négligeable, explique Alix de la Bastide, co-dirigeante d'un biscuiterie artisanale basée dans les Yvelines. C'est un vrai choix de notre part de mettre une farine venue de Versailles, un beurre AOP et non un beurre industriel. Et forcément le prix sera plus élevé qu'en grande surface."

Pourquoi le prix des pâtisseries peut-il être élevé ? Réponse de Laurent Duchêne, pâtissier meilleur ouvrier de France.

Laurent Duchêne, pâtissier Meilleur Ouvrier de France, ressent l'engouement des Franciliens pour la pâtisserie. - Radio France
Laurent Duchêne, pâtissier Meilleur Ouvrier de France, ressent l'engouement des Franciliens pour la pâtisserie. © Radio France - Mélanie Juvé

Le fait-maison en plein boom

La tendance du "fait maison" se ressent auprès des exposants du salon de la pâtisserie. L'une des nouveautés cette année c'est d'ailleurs un atelier pour apprendre à faire ses propres douceurs. "Tout le monde peut se mettre à la pâtisserie, estime Quentin Maggi, chef de projet au salon. C'est vrai qu'il y a une certaine rigueur à avoir, tout est pesé et précis. Mais je pense que cela permet notamment de s'évader de son quotidien." 

Des pâtissiers en herbe parfois dignes des plus grands : "On a des clients qui me montrent sur leur portable leurs créations, sourit Isabelle depuis son stand de robots-pâtissiers. Ce sont des artistes. Il y a des gâteaux d'anniversaires, des licornes, des Disney...  C'est leur hobby". 

"Plus s'est compliqué, mieux c'est, parce que c'est un challenge." — Clémence, étudiante à Paris

"Moi-même j'aime beaucoup pâtisser ! s'exclame Clémence, étudiante dans le 16e arrondissement de Paris. J'aime par exemple bien faire des macarons, et c'est hyper long et assez difficile à faire. Mais c'est une petite satisfaction personnelle quand ils sont beaux et bien réussis." Elle, met parfois quatre heures pour réaliser des macarons. Avoir un moment à soi en pâtissant, c'est la motivation principale pour plus de 60 % des adeptes du « fait maison » selon un sondage Opinion Way pour le salon de la pâtisserie.

Le salon de la Pâtisserie, du 14 au 17 juin 2019, Hall 5.1, Porte de Versailles à Paris.

Un dossier de Mélanie Juvé