Replay du lundi 26 octobre 2020

La migration de nos oiseaux

- Mis à jour le

La migration des oiseaux en automne, un joli bal dans notre ciel périgourdin

La migration des grues
La migration des grues © Radio France - Nathalie Broutin

Voilà plus d’un quart de siècle que la migration est observée et étudiée scientifiquement en Aquitaine. En effet, notre région a la chance, de par sa situation géographique, de posséder cinq sites particulièrement favorables au suivi de la migration. Les comptages ont commencé dès les années 70, mais ces suivis de migration étaient réalisés par des structures différentes et, malgré des objectifs communs, les résultats n’étaient pas valorisés au niveau du territoire. Depuis 2007, l'Observatoire Régional de la Migration des Oiseaux permet de réunir l’ensemble des suivis de migration grâce à un porteur de projet unique : la Ligue pour La Protection des Oiseaux en Aquitaine (LPO Aquitaine).

Mettant à profit leurs phénoménales capacités de déplacement, certains oiseaux préfèrent parcourent  au printemps des milliers de kilomètres pour trouver en abondance la nourriture nécessaire à l'élevage de leurs poussins. L'automne venu, ils devront bien entendu effectuer ce même trajet en sens inverse. Sous nos latitudes, les migrateurs partent vers le nord au printemps et vers le sud en automne. Sous toutes les latitudes on trouve des oiseaux sédentaires (qui ne migrent pas), mais ils doivent dans ce cas avoir les adaptations nécessaires pour survivre toute l'année au même endroit (soit pour supporter l'hiver, soit pour supporter la concurrence).

Les caractéristiques qui permettent aux oiseaux de se repérer sont encore mal connues.  Pour certaines espèces, la période de migration et les distances peuvent varier en fonction des âges ou/et des sexes.

Pour trouver leur chemin, les oiseaux migrateurs utilisent les repères principaux suivants:

  • - le champ magnétique terrestre (il indique le nord)
  • - les constellations (l'étoile polaire indique le nord)
  • - la position du soleil couchant à l'horizon

Certains oiseaux, comme les grues, migrent en famille ce qui permet aux jeunes de mémoriser les routes migratoires dès le premier trajet. Les oiseaux migrant seuls connaissent la période et la direction de migration de manière innée, mais on pense qu'ils sont aussi capables de mémoriser de repères topographiques qui les aideront à s'orienter lors des trajets ultérieurs. Il est probable que certains migrateurs utilisent aussi les infrasons (provoqués par les vents de vallées ou les vagues) ou les odeurs (quelques espèces seulement car la plupart des oiseaux n'ont pas d'odorat) pour se repérer

Mots clés: