Le dossier de Terre de Touraine

Le samedi à 7h42

Logo HVE
Logo HVE - Logo HVE

Un nouveau label agricole vient de voir le jour

Diffusion du samedi 1 février 2020 Durée : 3min

HVE comme Haute valeur environnementale est différent car il ne certifie pas une denrée mais l’ensemble d’une exploitation agricole.

Et autre différence marquante, c’est un label de l’état !

Ah comme le label rouge ! 

Exactement. Alors c’est une réalité, les consommateurs sont un peu perdus dans la constellation de logo des appellations, des indications géographiques, du bio ou autre Agri-confiance. On en dénombre 43 en France. 

Oui alors un de plus était-ce bien nécessaire… ? 

La question reste en suspens Nicolas mais ce qui est nouveau c’est l’obligation de résultats qu’entraine une certification HVE.  HVE est un double escalier à trois marches. Double car il existe deux voies d’accès, la A et la B. Quant aux trois marches, elles actent le niveau d’implication dans la démarche environnementale. 

HVE 1 certifie que, je vous la fais courte, l’exploitant respecte la loi. 

Le niveau 2, qui fixe une obligation de moyens, est accordé aux exploitations en démarche d’agriculture raisonnée comme l’Agriconfiance des coopératives agricoles. 

L’accès au graal, le HVE 3, signifie pour l’exploitation l’obligation de résultats tant sur le plan de la réduction d’emploi des produits phytosanitaires que sur la présence d’infrastructures agro-écologiques, les arbres, les haies, les mares, les murs de pierres sèches… 

Vous êtes en train de nous dire Philippe que tous les agriculteurs sont déjà au moins HVE niveau 1 puisqu’ils respectent la loi. Donc où est la nouveauté ? 

J’y viens. La nouveauté c’est que les filières de production visent désormais la plus haute marche, le niveau HVE 3. 

C’est une bonne nouvelle mais les agriculteurs s’ajoutent une nouvelle contrainte volontairement ?

Certains oui et une vingtaine en Indre et Loire sont déjà certifiés, essentiellement des vignerons et des éleveurs bovins viande. Mais la loi Egalim promulguée à l’issue des états généraux de l’alimentation a fixé des seuils et un calendrier qui démarre en 2022 et en 2030, la moitié des achats de la restauration collective sera obligatoirement en provenance d’exploitations sous signes de qualité reconnus. Certaines enseignes de la grande distribution exigent déjà le HVE 3.  

Ce qui incite fortement les producteurs à s’engager. 

Oui d’autant que le HVE 3 offre une alternative aux producteurs qui ne sont pas convaincus par la conduite biologique. Il accompagne aussi la montée en gamme de l’agriculture européenne qui sera fera formalisée dans les futurs « «éco-dispositifs de la nouvelle PAC. En conséquence, les formations pour préparer la certification démarrent dès cet hiver. 

Mais qui va certifier le respect de ce cahier des chartes d’état ? La profession ? 

Non Nicolas, si vous sous entendez gentiment que les filières agricoles seront juges et parties, ce ne sera pas le cas. Le HVE est attribué pour trois ans par un organisme certificateur agréé par l’Etat indépendant qui assurera un contrôle à mi-parcours. 

Tout cela n’est pas gratuit je suppose. Qui va payer ? 

D’après les retours terrain, la charge d’une certification HVE 3 est au temps passé,soit entre 500 et 1000 €. Certaines filières ont négocié des subventions régionales. 

Mais au bout, c’est le consommateur qui paiera ? 

Ce qui serait logique puisqu’il remplira son assiette avec des garanties supplémentaires sur l’impact environnemental de ce qu’il mange. 

Et l’agriculteur gagnera mieux sa vie ? 

Ce serait logique aussi mais l’histoire récente montre que des énergies récurrentes convergent inlassablement pour réduire la valeur ajoutée qui devrait revenir aux agriculteurs. 

Donc c’est pas gagné. Comment reconnaître les produits HVE ? 

Avec un macaron, noir ou ocre figurant un paysage campagnard avec une ferme, un arbre, un papillon et un grand soleil. Et je vous propose de le charger sur votre site pour accompagner cette chronique.

Mots clés