Le dossier de Terre de Touraine

Le samedi à 7h42

Méthaniseur
Méthaniseur © Radio France - France Bleu Touraine

La méthanisation, vous connaissez ?

Diffusion du samedi 8 février 2020 Durée : 2min

Le méthane fait partie des énergies renouvelables que produisent certains agriculteurs...

C’était d’ailleurs le thème de l’Assemblée générale organisée par les Jeunes agriculteurs d’Indre et Loire le 31 janvier dernier. L’agriculture représente 20 % de la production d’énergies renouvelables en France, c’est quand même un chiffre à garder en tête lorsqu’on parle de transition énergétique !

Vous nous présentez aujourd’hui une source d’énergie peu connue : la méthanisation. De quoi parle-t-on ?

C’est tout simplement un processus de création d’un gaz naturel, le méthane, produit par la dégradation de matières organiques par des microbes. Ça peut être du fumier, du lisier, toutes les matières carbonées produites sur une ferme mais aussi les tontes d’herbe et les rebuts des déchets des cantines scolaires, les boues des stations d’épuration… Dans tous les cas le procédé est simple : on va placer tous ces déchets verts dans un grand estomac, le digesteur, une grande cuve hermétique privée d’oxygène, et sous l’action des bactéries présentes, la matière organique contenue dans ces éléments va se dégrader et produire du méthane, un gaz 100 % renouvelable !

Il paraît même qu’on peut chauffer ou éclairer des bâtiments grâce à la méthanisation ! Comment ça marche ?

Effectivement c’est ce qu’on appelle la cogénération : le méthane que vous avez produit consommé par un gros moteur thermique fait tourner un générateur et permet ainsi d’obtenir de la chaleur et de l’électricité. Mais le gaz peut aussi être injecté directement dans un gazoduc. Un méthaniseur de taille moyenne a la capacité de chauffer en moyenne 1500 foyers ! Il y a aussi un autre avantage : comme toute la matière organique n’est pas décomposée, il va rester à la fin du processus ce qu’on appelle le digestat : c’est un engrais biologique inodore, de grande qualité (directement assimilable par les plantes.  Les agriculteurs l’épandent dans les champs à la place ou en complément des engrais de synthèse. C’est donc un bel exemple d’économie circulaire !

Combien de méthaniseurs sont dénombrés en Touraine ? 

Une douzaine est opérationnelle, d’autres sont en projets. Si la Touraine est une terre de blé, elle reste encore une terre d’élevage et donc tous les effluents peuvent être valorisés et produire de l’énergie. Le système est vertueux, les méthaniseurs produisent une énergie locale renouvelable et un fertilisant haut de gamme en consommant un puissant gaz à effet de serre. Malgré tout, l’installation d’un méthaniseur n’est pas toujours bien perçue par une partie de la population. Il y a parfois un enjeu d’acceptabilité.  A contrario en Allemagne, pratiquement tous les villages ont un méthaniseur qui contribue réduire la dépendance du pays aux importations de pétrole. 

Mais dites-moi, des véhicules adaptés peuvent aussi grâce à la méthanisation ?

Tout à fait, le biogaz peut être utilisé directement comme carburant dans des bus, des camions véhicules adaptés pour circuler au BioGNV, le gaz naturel pour véhicule, un carburant 100% renouvelable qui contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre. En moyenne, une unité de méthanisation fait rouler l’équivalent de 50 bus ! C’est une énergie sur laquelle la France a du retard : pour vous donner un exemple, 20 000 véhicules circulent au BioGNV en France contre 1 million en Italie ! C’est un carburant bien adapté aux flottes dites captives. On peut imaginer des tracteurs et des moissonneuses au GNV,  des flottes de poids lourds de coopératives, des bus scolaires…  A l’occasion des municipales les candidats, notamment des grandes villes comme Tours feraient bien de s’y intéresser s’ils veulent développer la « mobilité propre ».

Et retrouvez toute l'actualité agricole sur Terredetouraine.fr