Le dossier de Terre de Touraine

Le samedi à 7h42

GDE
GDE -

le dossier de "terre de Touraine" : Le G.D.A

Diffusion du samedi 29 février 2020 Durée : 3min

Initiatives des groupements de développement agricoles : les adhérents du GDA de Loches Montrésor ont investi le marché des isolants bio-sourcés comme ici, de la canne de tournesol coupée.

Des GDA curieux et innovants, c’est le grand titre de Terre de Touraine et ça mérite quelques explications Philippe. 

Oui Adrien. Cette semaine l’agriculture ouvrait « toute grande ses bras » aux français au salon à Paris. A cette occasion nos concitoyens ont pu mesurer combien cette filière économique fait preuve d’innovation. Dans les modes de conduites, raisonné ou bio, dans les équipements avec l’arrivée des robots cultivateurs bientôt cueilleurs dans les champs, avec la traçabilité, les labels, le prise en compte du bienêtre animal et j’en passe. 

Oui mais quel rapport avec votre titre ? 

J’y viens. Ces innovations placées sous les feux de la rampe durant 8 jours au salon naissent dans les champs, et c’est tout le sens de ce titre « GDA, curieux et innovants ». Les groupes de développement agricoles une demi-douzaine en Indre et Loire sont animé par des ingénieurs de la chambre d’agriculture. 

Et pourquoi les qualifier de curieux et d’innovants ? 

Eh mais ces deux qualifications constituent leur ADN Adrien. 

Leur motivation première, via la technique, l’économie c’est l’amélioration du revenu et des conditions de travail des agriculteurs. En permanence, ils testent de nouvelles techniques de productions, évaluent l’intérêt de tel ou tel matériel. Les agriculteurs se regroupent en cercle de réflexion et d’évaluation dotés d’un sens critique affuté. Il y a des groupes « grandes cultures », « autonomie fourragère », agro-écologie sous toutes ses formes. Se faisant, en re groupant leur matière grise, ils renforcent la robustesse de leur exploitation. 

Oui « tout seul on va parfois plus vite mais ensemble on va plus loin ! » 

Dans le mille Adrien ! C’est la devise de nombreux groupes en dynamiques dont les GDA. Si un marchand malin peut faire passer une vessie pour une lanterne à un cultivateur isolé, face au groupe, il y a de fortes chances qu’il avale son chapeau si sa proposition ne tient pas la route. 

Et concrètement qu’elles sont ces innovations nées de la curiosité…génétique des GDA d’Indre et Loire?

Quand j’observe l’histoire récente de l’agriculture tourangelle, je m’aperçois qu’elles sont légions. En fait c’est surtout dans les têtes, par des remues méninges permanents, par des formations régulières que naissent une foultitude d’innovations, parfois majeures souvent perceptible à l’échelle d’une ferme. En échangeant, en organisant des tours de plaine pour commenter les cultures, les agriculteurs font circuler leur savoir faire au voisin, et chacun picore ce qui l’intéresse et progresse à son rythme. 

Et vous avez quelques exemples à donner?

Sur le terrain de l’agronomie, vers la fin du 20ème siècle, les agriculteurs ont beaucoup travaillé sur le drainage et sur le chaulage des terres acides contribuant ainsi à l’amélioration de la structure des sols. Puis après 1990, des pionniers se sont attelés à la simplification du travail du sol, au non-labour pour arriver à la couverture permanente du sol.  Des techniques vues lors des voyages de leur GDA en France mais aussi aux Amériques et en Australie. 

Des vrais globe trotters ces agriculteurs ! 

Tout juste. Des groupes ont travaillé jusqu’à la corde la question des coûts de production, de la réduction des intrants. Bien obligés depuis que l’Europe a décidé de les mettre en concurrence avec le reste du monde. Qu’on ne se leurre pas, pour eux toutes ces réflexions, , c’est aussi une question de survie économique. 

Réduction d’intrants c’est moins de produits, moins d’engrais ? 

Moins de produits à l’ha oui, en intégrant les données météo, degrés-humidité, les agriculteurs ont appris à protéger les cultures avec des doses réduites. En utilisant satellite, drones, ou des méthodes manuelles, ils ont amélioré l’efficacité de l’azote apportée par exemple sans réduire la productivité.

Et désormais qu’elles sont les priorité des GDA ? 

Toujours le revenu des familles en investissant de nouveaux créneaux. Les agriculteurs des GDA sont aussi actifs ailleurs sur leur commune, dans une Cuma. Les magasins de producteurs sont tous nés de ces réflexions collectives qui portent aussi sur l’énergie, la production de plaquettes bois, la méthanisation et même des isolants biosourcés en tiges de tournesol ou de colza. 

Autant d’initiatives a retrouver dans Terre de Touraine et sur votre site terredetouraine.fr