Replay du samedi 21 novembre 2020

le retour du vin Lochois !

- Mis à jour le

Du vins au fromage...Une balade dans le Lochois. Nos agriculteurs redonnent vie au patrimoine vinicole d'antan.

Le vin lochois est de retour
Le vin lochois est de retour

Alain, si le méchant virus n’a pas altéré votre odorat, peut être avez-vous perçu cette effluve primeur parfumant traditionnellement la fin du mois de novembre ? 

Malheureusement non, le bouquet du touraine primeur n’est pas parvenu jusqu’à nos studios des Deux Lions, car évidemment Philippe vous allez nous parlez du vin nouveau. 

Oui, deux fois oui ! Oui pour confirmer la mise en perce le dernier jeudi de novembre du touraine primeur ; 500 hl de gamay rôti au soleil présentés cette semaine par deux locomotives à primeur, la coopérative de Bléré et le lycée viticole d’Amboise. Oui aussi car cet évènement me donne l’occasion de parler de la renaissance d’un vignoble oublié qui couvrait 10 000 ha en 1900. 

Un vignoble de 10 000 ha oublié en Touraine, vous plaisantez ? 

En fait, non ! 

De la sologne viticole au bourgueillois, j’ai beau lister dans ma tête les vignobles de la Touraine, je n’en vois pas un qui serait inconnu au bataillon. Je sèche

Qui sèche à soif et vous pourriez l’étancher avec cette eau de pluie délicatement filtrée et concentrée dans des grappes… lochoises. 

Du vin à Loches ? 

Oui ce grand vignoble n’a pas survécu au phylloxéra. Mais à force d’installation, de plantation de défrichage et de réchauffement climatique, il renaît depuis peu comme un phénix émergeant des cendres de l’histoire. S’il subsistait deux domaines conséquents à la fin du 20ème siècle - le château de pont à Genillé et le domaine de Ris à Bossay sur Claise - d’autres petites exploitations commencent à recolorer l’ancienne mosaïque des vignes lochoises. Les initiatives sont tantôt professionnelles ou bien prennent la forme de violon d’Ingres de jeunes retraités désireux de faire vivre un patrimoine. A Loches, Sophie et Stéphane Crépin, tous deux agriculteurs, cultivent des vignes à une portée d’arbalète du donjon. A Chemillé sur Indrois, Benoit Dumergue et Alison Clément y sont allés au taille haie pour reprendre possession du clos de chartreux. Et puis il y a Thierry et Nelly Touratier qui redotent Montrésor d’une enceinte de vignes. François Verdier à St Hyppolite et Jean-Luc Marsais à St Jean-St Germain ont eux aussi vu la main bienveillante de Bacchus s’étendre sur eux. Ils agissent comme des conservateurs de petits musées vivants, quelques vignes, une grange et son pressoir, quelques cuettes et le tour est joué. 

Mais qui dit vin du fromage aussi…

Alain merci pour cette perche amicalement tendue, car je terminerai mon inventaire avec la belle histoire écrite par Nelly et Thierry Touratier. Le couple et ses 4 enfants a posé ses pénates à Bridoré pour produire du lait du lait de brebis avec une optique fromagère mais comme il y a quelques vignes dans la corbeille, alors pourquoi ils se sont dits pourquoi pas vignerons aussi !  

Mais ces vins sont en appellation ?

Oui certains bénéficient et revendiquent l’appellation touraine. Si le domaine de Ris n’existe plus, le château de Pont produit un touraine blanc tête de cuvée de la cave de St Romain. Quant aux autres la modeste dénomination "vins de France" leur convient.  

Et ils ont une idée de devise pour leur vignoble ces vignerons. 

Dans le lochois, elle coule de source, « de Touraine suis mais de Loches, je m’honore ». Bon we à tous et surtout…Prenez soin de vous ! 

Mots clés: